Répression policière, solidarité populaire!

Le MER Montréal était présent à la “Grosse câlisse de manif de soir” du 18 décembre dernier. Cette manifestation anticapitaliste avait été appelée par l’AGECVM pour la gratuité, dans un contexte de coupures brutales dans les services publics par notre bourgeoisie parlementaire. Les chiens du capital avaient sévèrement réprimé deux manifestations de soir dans les semaines précédentes, envoyant, par leurs coups de matraques, une camarade manifestante à l’hôpital .

Gonflé à bloc, le SPVM était bien déterminé a réprimer brutalement cette troisième manifestation. Leur tactique : des infiltrateurs et agents provocateurs, qui s’en sont donné à coeur joie en attaquant manifestant-e-s et passant-e-s. On peut citer comme exemple de la brutalité policière le cas d’une camarade qui a subi une commotion cérébrale et plusieurs autres blessures aux mains de policiers infiltrés qu’elle avait reconnus. Un autre manifestant a aussi subi un sort semblable, détroussé et battu par la police à l’écart de la manifestation. Son crime? Avoir pris des photos des agents infiltrateurs. Un autre individu, un passant, à été menacé et violenté par ceux-ci. Un camarade mineur s’est fait tirer dessus à bout portant avec une balle de caoutchouc, ce qui lui a cassé la main. Les infiltrateurs étaient aussi armés, l’un ayant braqué son arme à feu sur un groupe de manifestant-e-s en menacant de tirer.

Malgré tout, la manifestation a pu faire son chemin remarquablement longtemps selon les circonstances, sous les gaz lacrymogènes et la surveillance étroite d’un hélicoptère. La combinaison des attaques des flics, des parturbations des infiltrateurs et de l’absence d’une bannière de tête ont cependant fini par miner la cohésion de la manifestation, permettant aux flics de faire des arrestations ciblées de personnes qualfiées de “dangereuses”, c’est-à-dire, les plus politiquement organisées ou clairement anticapitalistes. Les arrestations violentes se sont échelonnées sur un grand laps de temps, en contexte isolé, les policiers suivant les manifestant-e-s hors de la manifestation, sur le trottoir.

Le contingent du MER, après avoit été séparé de la manifestation, a été poursuivi par des policiers à vélo, croisant éventuellement la route de plusieurs ‘’camarades’’ au comportement suspect. Au moins deux de ceux-ci avaient des oreillettes et il y a de fortes raisons de penser qu’ils étaient tous des agents provocateurs. L’arrestation du contingent s’est faite sur le trottoir d’une rue secondaire, ponctuée de violents coups de matraques et de vélos (étrangement, à ce moment, les nouveaux “camarades” avaient mystérieusement disparu…). L’arrestation fut brutale : abus verbaux, insultes racistes, sexistes et homophobes, des camarades blessés à différents degrés de gravité. La flicaille a aussi mimé des coups de pieds à la tête d’une camarade pour lui faire peur. Certain-e-s de nos arrêté-e-s font partie des 11 ayant subi des accusations criminelles à la suite de cette manif, qui ont dû passer la nuit dans des cellules sales et pleines de pisse à se faire interroger par les porcs. Ces 11 accusé-e-s subissent maintenant le stress des dates de cour, des conditions de libération, des frais d’avocat-e-s et d’une possible incarcération.

Le MER-RSM déclare sa solidarité avec tou-te-s les arrêté-e-s et blessé-e-s du 18 décembre ains que toutes les victimes de la répression politique bourgeoise. La police semble avoir changé de tactique : mécontente des débouchés de ses arrestations de masse style 2012, elle s’infiltre maintenant au sein des manifestations, tentant de causer du dégat de l’intérieur. Mais malgré leurs effectifs et leurs tactiques malhonnêtes, l’inventivité des masses saura toujours les mettre en déroute. Il n’en tient qu’à nous de vouloir gagner. Même si nous subissons de la répression, il ne faut pas craindre la police : si celle-ci tente toujours de nous diviser, c’est parce qu’elle sait qu’elle ne peut rien faire contre une foule nombreuse, unie et combative. Nous ne devons pas oublier que les anti-émeutes casquées ne sont que les armes d’une bourgeoisie nerveuse de la colère des masses. La répression qui s’accentue est la preuve que nous leur faisons peur. Leurs cauchemards sont nos rêves, et il n’en tient qu’à nous de s’organiser pour qu’ils deviennent réalité.

Osons lutter osons vaincre !
Laissez tomber les accusations politiques !
Uni-e-s et armé-e-s, nous vaincrons !

Résolutions du Cinquième Congrès du Mouvement Étudiant Révolutionnaire

Résolutions du Cinquième Congrès du Mouvement Étudiant Révolutionnaire

  1.     Orientation générale de notre travail pour la prochaine année                    

    Que nous  ne tenions pas une journée d’action pancanadienne cette année;

    Que nous fassions de la prochaine année une année de consolidation et d’implantation de nos racines;

    Que chaque section fasse du recrutement sa première priorité;

    Que pour un recrutement efficace, chaque section doit se concentrer sur la visibilité et la promotion, incluant de l’affichage fréquent, la distribution de tracts et la tenue de  kisosques et d’évènements, avec le but que  chacunE sur nos campus respectifs sachent que nous existons;

    Que pour favoriser la rétention des nouvelles et nouveaux membres, des rencontres hebdomadaires, au même lieu et à la même heure, soient  tenues par chaque section;

    Que le développement politique des nouvelles et nouveaux membres à travers des groupes d’études devienne une priorité;

    Que chaque section tienne une petite campagne de masse qui soit spécifique à leur contexte, afin de faire du travail, de prouver la pertinence de politiques anticapitalistes, de gagner de petites victoires et de rester connectéE avec les masses.

  2. Comité de Justice Transformatrice                                                    

    Qu’un Comité de Justice Transformatrice ouvert à toutes et tous soit créé;Que le Comité de Coordination organise la première réunion du comité et supervise la réalisation de sa tâche;Que ce comité soit chargé d’enquêter sur l’expérience accumulée du MER et d’autres organisations pour gérer les cas d’agressions sexuelles et toutes autre formes d’oppressions mentionnées dans le préambule de la Constitution. Ce comité créera un guide pratique pour les chapitres locaux du MER ainsi que pour l’organisation pancanadienne;

    Que ce comité travaille avec le Front Féministe Prolétarien  sur le mandat du comité;

    Que ce comité contact tous groupes avec de l’expérience pertinente pour son mandat;

    Que ce comité soumette une proposition d’un guide pratique à tou-te-s les membres aux moins deux semaines avant le prochain Congrès;

    Que ce comité présente un compte-rendu de son travail au prochain Congrès;

    Que le Comité de Justice Transformatrice produise un guide sur la façon appropriée de mener une lutte de ligne qui devra être complété aux moins deux semaines avant le prochain congrès pancanadien du MER-RSM et qui devra être distribué parmi ses membres et être publiquement partagé.

  3. Propagande      

    Que le MER-RSM crée son propre journal/publication, dont la première édition serait prête pour le prochain congrès.

  4. Formation de Cadres                                                              

    Que le Comité de Coordination du MER-RSM pancanadien soit responsible d’organiser une tournée de conférences lors de l’été 2016 pour partager de l’information et une compréhension pratique de notre travail à nos membres et sympathisantEs, pour bâtir nos propres capacités et pour consolider l’unité sociale de l’organisation;

    Que cette tournée voyage à travers les régions concentrées du MER-RSM (l’Ontario et le Québec), mais que des tournées secondaires ou des évènements faits avec l’aide de la technologie devraient être encouragées dans d’autres parties du Canada;

    Que ces évènements soient coorganisés par les membres des chapitres locaux pour aider à développer le futur leadership.

  5. I Am A Student (Je suis unE ÉtudiantE)                                                

    Le MER-RSM supportera le mouvement I Am A Student (Je suis unE ÉtudiantE) en écrivant une lettre de soutien qui sera signé par chacun de ses chapitres locaux.

  6. Perte de membres du comités de coordination                                        

    Que le Comité de Coordination est le droit d’ajouter des membres sur le comité si le besoin se fait sentir. Tout ajout devra être approuver par le prochain congrès.

  7. Levées de fonds                                                                    

    Que le comité de coordination est  la tâche de créer un guide sur les levées de fonds et l’utilisation des fonds amassés. Le guide devrait être produit et envoyé aux sections avant le début de la session d’hiver 2016;

    Que les chapitres qui ont la capacité et/ou ont besoin de fonds devraient visés la tenue d’au moins une levée de fonds par semestre;

    Que les chapitres recevant du financement institutionnel envoient aux moins 10% de ce financement au MER-RSM pancanadien.