Étudiant.es d’Ontario, levons-nous! Le Printemps rouge arrive!

Étudiant.es d’Ontario, levons-nous! Le Printemps rouge arrive!

Les ennemis du peuple à la tête du gouvernement, toujours aussi fidèles aux intérêts des capitalistes, viennent de porter un coup dur aux étudiant.es de la classe ouvrière. Cette fois-ci, ils font augmenter le coût de l’éducation d’une manière assez sournoise : après avoir d’abord annoncé une coupure de 10% des frais de scolarité pour l’année 2019-2020, ils ont ensuite promis que les frais seraient gelés au même montant pour l’année suivante. Mais il ne s’agissait là que d’un mirage pour cacher la vraie nouvelle. Des changements beaucoup plus importants seront ainsi apportés au système des prêts et bourses du RAFÉO. Comme toujours, à mesure qu’on s’aventure derrière les effets d’annonce et la rhétorique, on se rend compte que l’unique but du gouvernement pour le système d’éducation est de former une génération de travailleurs et travailleuses équipés spécialement pour les emplois dans lesquels on veut nous exploiter, tout en nous imposant la discipline via la dette et la propagande.

 

En quoi consistent ces changements? Premièrement, la période de grâce post-graduation de six mois est éliminée, donc l’accumulation des intérêts sur la dette débutera immédiatement après l’obtention du diplôme. Ça veut dire que les étudiant.es accumuleront plus de dette et plus vite qu’avant. Bien des étudiant.es se verront aussi poussé à accepter des emplois en-dehors de leur domaine d’étude. On verra alors l’écart se creuser encore plus entre la classe ouvrière et la bourgeoisie : les étudiant.es de classe ouvrière vont s’endetter massivement et n’auront pas le temps de chercher du travail dans leur domaine parce que forcé.es à rembourser leurs prêts. Le deuxième changement sera apporté à la façon de calculer le financement disponible,  avec dorénavant un plafond de la proportion de bourses fixé à 50%. Ce changement frappera encore une fois plus durement les étudiant.es de classe ouvrière, vu qu’illes sont en majorité à faible revenu. Auparavant, le ratio bourse-prêt était échelonné selon le revenu et le nombre de personnes dépendantes à charge. Dorénavant, les étudiant.es à faible revenu devront prendre une plus grande part de dette. Les étudiant.es de la classe ouvrière qui ont le moins de capacité à payer les prêts se retrouveront encore plus endetté. Ces changements nous rappellent à quel point notre système éducatif a été bâti pour servir les intérêts des capitalistes. Ces changements renforcent la division de classe entre les étudiant.es et heurtent tout particulièrement la classe ouvrière. Ne soyons pas naïf en pensant qu’un politicien pourrait dans les conditions actuelles nous fournir un système éducatif qui sert nos intérêts. Préparons-nous plutôt à combattre pour en construire un nouveau en résistant à ces changements dans le moment présent et en bâtissant un mouvement pour refonder radicalement notre société. Nous pouvons bâtir un mouvement pour faire la révolution.

 

En plus des coupures, s’ajoute la soi-disant Student Choice Initiative. Le choix a bien sûr déjà été fait pour les étudiant.es par le gouvernement, sans aucune forme de consultation. Le but derrière cette initiative est d’altérer les règles qui entourent les frais accessoires, de manière à permettre aux étudiant.es de se retirer individuellement des services «non-essentiels». La manœuvre sera exécutée de la manière suivante :

  1. Les frais en lien avec les assos étudiantes et départementales seront rendus optionnels. Il est bien de se rappeler qu’en dehors du Québec, ces associations ne sont pas vraiment démocratiques, ni redevables ou en lien avec l’intérêt de la majorité des étudiant.es. Les syndicats étudiants sont malheureusement connus surtout pour leurs scandales de corruption et leurs actions inoffensives partout au pays. Mais mettons les choses au clair : c’est un enjeu que nous, étudiant.es de classe ouvrière, devons résoudre par nous-mêmes, en nous organisant pour rebâtir le mouvement étudiant selon nos intérêts. Que les politiciens enlèvent leur nez puant de nos affaires! De même pour les administrations scolaires, qui essayent tout le temps de saboter notre avenir.
  2. D’autres frais accessoires qui servent principalement les intérêts d’étudiant.es de la classe ouvrière sont aussi à risque. On pense notamment aux banques alimentaires et aux services de garde. Ces frais, considérés « non-essentiels », aident principalement des étudiant.es de classe ouvrière qui ont besoin d’assistance. Ce changement viendra donc privatiser davantage l’offre de ces services. Ces quelques miettes ne répondaient déjà pas suffisamment aux besoins de la majorité des gens, mais cette nouvelle attaque représente une autre tentative des capitalistes de faire des profits sur notre misère.

 

La plupart des groupes étudiants, y compris ceux de gauche qui s’opposent aux hausses de frais, ont adopté une position simpliste rejetant tout le blâme sur un gros méchant – Doug Ford, le premier ministre de l’Ontario.  C’est certainement un homme cruel, mais nous faisons face à des changements qui dépassent les actions d’un seul homme – ce sont les politiques du Parti Conservateur au pouvoir. Et pour remonter plus loin encore, ce sont les résultats logiques du fonctionnement de l’État canadien, à travers ses échelons fédéral, provincial et municipal. C’est le résultat d’un système qui sert exclusivement les intérêts d’une classe dirigeante composée de capitalistes richissimes. Il nous manque encore une éducation universelle, gratuite et sans barrières. Il nous manque encore un système d’éducation qui sert le peuple. Au lieu de ça, nous avons un système qui nous force à nous endetter pour devenir suffisamment qualifié à travailler pour des patrons capitalistes. Notre système d’éducation ne fait que reproduire la société telle qu’on la connaît – une société bâtie selon une logique oppressive et carrément criminelle de relations capitalistes, colonialistes et impérialistes. Ce système ne nous aide aucunement à créer un avenir meilleur, un monde différent. Et les personnes qui ne peuvent se permettre les études supérieures sont obligées d’accepter du travail de plus en plus précaire, mal payé et épuisant, qui suffit à peine pour avoir les moyens de survivre.

 

On a raison d’être indigné face aux actions de ce gouvernement. Mais on ne réussira pas à changer les choses simplement avec notre indignation morale et à travers des réactions impulsives à chaque mauvaise nouvelle annoncée par ce gouvernement. Les étudiant.es, travailleurs et travailleuses doivent s’organiser autour d’objectifs à long terme. Nous devons nous unir dans une lutte pour un monde meilleur, comme nous le voulons. Nous ne pouvons plus rester dispersés et sur la défensive tout le temps!

 

Ce gouvernement a déjà lancé une offensive contre tous les membres de la classe ouvrière dans la province, en nous dépouillant de l’augmentation du salaire minimum, si petite et tardive qu’elle était. Il nous a attaqué en nous volant les quelques congés maladie payés qui nous étaient garantis, de même que d’autres nécessités de base sur le lieu de travail. En droite ligne avec le patrimoine d’oppression coloniale de ce pays, il a effacé tout le travail qui a été fait pour intégrer les pratiques, coutumes et traditions des peuples autochtones dans les cours de géographie, d’histoire et d’études sociales au primaire et au secondaire. Il a forcé les écoles secondaires à revenir à un programme d’éducation sexuelle dépassé, annulant ainsi des années de progrès dans la compréhension de relations plus saines. Il a dépouillé les communautés francophone de l’Ontario de financement pour leurs programmes éducatifs. Ce gouvernement a déjà causé tant de souffrance, et il s’apprête à en apporter encore plus!

 

Voilà pourquoi nous appelons toutes les communautés, groupes et personnes lésées et indignées par ces attaques envers le peuple à se joindre à nous pour prendre les choses entre nos mains. Nous appelons à une grève d’une journée et à des manifs le 15 février à midi. Nous allons organiser des sorties de classe à travers la province, et nous allons avoir besoin de votre solidarité et votre appui!

 

Notre visée est de faire progresser la résistance et nous appelons donc tous les étudiant.es en Ontario à rejoindre notre journée d’action pour un Printemps Rouge le 20 mars! Des étudiant.es d’à travers le pays vont se mobiliser pour une grève d’une journée afin de fermer les écoles et de faire valoir les cinq revendications suivantes:

 

  1. Une éducation au service du peuple, pas du profit!

L’éducation doit servir les intérêts du peuple, pas les entreprises et leurs profits. Tout le monde doit avoir accès à l’éducation post-secondaire. La recherche doit être menée pour le bénéfice de tout le monde, et non pour le bénéfice des capitalistes et de leurs guerres. Une éducation démocratique et scientifique devra remplacer le programme actuel qui reflète des valeurs impérialistes, colonialistes et patriarcales. L’éducation doit nous préparer à lutter pour la justice et la libération, pas simplement nous préparer à nous faire exploiter au travail.

  1. Des stages payés garantis pour tout le monde

Les stagiaires sont des travailleurs et des travailleuses qui méritent d’être payé équitablement pour le même travail qui est effectué dans leur domaine. Plus de 300 000 stagiaires ne reçoivent pas de salaire adéquat à travers le Canada. Le temps est venu de mettre fin à l’exploitation sans paye imposée par les patrons aux employés stagiaires!

  1. L’abolition des frais de scolarité à tous les niveaux d’éducation! L’effacement de toute dette étudiante!

Les banques et le gouvernement exploitent les étudiant.es comme une véritable vache à lait, à mesure que les frais de scolarité et l’endettement deviennent insoutenable pour la majorité d’entre nous. Fini d’être tenu en otage par ces charlatans qui nous font payer les yeux de la tête pour un besoin de base!

  1. Un accès sans entrave à l’éducation supérieure pour les autochtones et un volet anti-colonial dans tous les programmes!

Le Canada est un État colonial qui a été érigé sur un territoire volé et via le génocide des nations autochtones. Tous les peuples autochtones doivent avoir accès sans entrave à l’éducation post-secondaire. Nous appuyons la création de départements, de collèges et d’universités indépendantes sous le contrôle des peuples autochtones. Le système d’éducation doit favoriser les cultures et les langues autochtones et inclure un volet anti-colonial obligatoire dans tous les programmes.

  1. Un contrôle démocratiques des institutions post-secondaires!

Les universités et les collèges doivent être dirigées par le peuple, et non par des conseils de gouverneurs non-élus remplis de représentants du grand capital. Nous voulons l’abolition des conseils de gouverneurs. À la place, les écoles seront dirigées par des comités élus lors d’assemblées générales composées des étudiant.es, des professeur.es, du personnel de soutien et des membres de la communauté.

 

Nous pouvons et nous allons nous battre, mais pour gagner, il faudra faire plus que de simplement repousser les réformes nuisibles qu’on nous jette dessus sans arrêt et qui nous empêchent de nous organiser pour résister efficacement. Notre seul espoir de gagner est de bâtir un mouvement étudiant et ouvrier capable de soutenir une lutte prolongée. Ce mouvement va s’accroître à travers chaque lutte, jusqu’à l’avènement d’un monde où l’éducation sert le peuple et non le profit, et où la société sera régie non par l’oppression et l’exploitation, mais par le support mutuel et la solidarité au sein de la classe ouvrière. Afin d’atteindre cet objectif, nous devons mettre fin au capitalisme et au système d’éducation capitaliste. À l’heure actuelle, ça veut dire qu’il faut se rassembler et contre-attaquer.

Rejoignez-nous partout à travers l’Ontario le 15 février, et d’un bout à l’autre du pays le 20 mars. Soyons l’étincelle qui mettra le feu à la plaine et fera tomber en flammes ce vieux système, illuminant la voie vers un monde nouveau!

 

À bas les frais, les dettes et les barrières à l’éducation!

Osez lutter, osez vaincre!

Le comité de coordination du MER-RSM

Pour savoir comment vous impliquer, écrivez au: info@mer-rsm.ca

Trouvez-nous sur facebook: https://www.facebook.com/RevolutionaryStudentMovement/

Qu’a fait le MER-RSM en 2017?

Qu’a fait le MER-RSM en 2017?

Cette année fut très occupée pour le MER-RSM et le mouvement révolutionnaire au Canada. Nous avons tenu.e notre 6e congrès annuel en février qui a rassemblé des délégué.es de 14 sections provenant de partout au Canada afin de déterminer les objectifs de l’organisation et de partager leurs expériences. Le congrès a élu un Comité de coordination pancanadien presqu’entièrement nouveau qui guidera le travail de l’organisation et ceci est une bonne indication de la croissance et de l’amélioration qualitative que nous éprouvons.

Alors que l’état canadien célèbre les 150 ans de sa fondation, plusieurs mouvements et organisateurs et organisatrices anticoloniales ont démontré leur opposition à cette célébration flagrante du colonialisme, du capitalisme et de l’impérialisme. Le MER-RSM a rejoint la campagne Fuckle150e initiée par le Parti Communiste Révolutionnaire afin de manifester contre les célébrations et de contrer le message présenté par l’état canadien sur les médias sociaux.

Un nombre croissant de sections du MER-RSM ont participé aux événements de la Journée internationale des travailleuses et travailleurs partout au Canada en prenant part à des marches, discussions publiques et événements sociaux. Nous avons aussi participé à la célébration du 100e anniversaire de la Révolution d’octobre, un événement historique important et duquel nous devons apprendre.

Cette année, nous avons observé une résurgence d’organisations d’extrême droite qui essaient de prendre la rue avec une série d’événements nationaux coordonnés. La plupart de ces tentatives ont été bloquées ou restreintes par des manifestant.es antiracistes et antifascistes qui se sont mobilisés pour les arrêter. Des membres du MER-RSM se sont joints à ces efforts de mobilisation contre les groupes d’extrême droite qui ont essayé de s’établir sur les campus et partout autre où ils ont tenté de se faufiler.

Ce n’est pas un secret que l’état et ses chiens de garde, la police, essaie d’étouffer toute organisation révolutionnaire qui s’y oppose et qui tente de changer notre société. Alors que la qualité du travail révolutionnaire partout au pays s’améliore, la répression policière n’est jamais loin. Ceci a surtout été évident à Sudbury, Québec et Ottawa. Malgré tout, nous sommes déterminés à continuer de bâtir des liens solidaires contre la répression de l’état et contre la montée du fascisme.

Plusieurs nouveaux camarades se sont joints à notre organisation cette année, menant à la formation de nouvelles sections : Brandon (Manitoba), Guelph (Ontario), Waterloo (Ontario), Windsor (Ontario). D’autres sections ont connu une croissance au niveau de leurs membre et de l’envergure de leur travail. Regrettablement, nous avons aussi vécu le départ de la section du MER-RSM de Montréal due à un certain nombre de différences politiques. Tout de même, nous avons relancé notre organisation à Montréal, entre autres à l’Université Concordia, et nous espérons agrandir l’organisation lors de l’année à venir.

Malheureusement, certains membres se sont engagés dans des comportements patriarcaux inacceptables au cours de l’année. Le Comité de coordination travail à adresser ces problèmes avec l’aide des sections locales et nous complétons un guide de procédures générales sur comment adresser des instances de violence sexuelle ou patriarcale qui pourraient avoir lieu dans l’organisation. Nous sommes conscients de la lutte contre le patriarcat à l’intérieur et à l’extérieur de notre organisation et continuerons de lutter pour défendre le féminisme prolétarien par nos paroles et actions. Nous prenons cette question très au sérieux et voulons mettre au clair que les comportements patriarcaux ne sont pas tolérés par le MER-RSM et que les incidents ont été et serons rapidement et sans hésitations adressées.

Nous avons de grands projets pour l’année à venir! Nous allons distribuer notre première publication, Camarades de classe, en janvier. Les camarades d’Ottawa, Hamilton, Peterborough, Saskatoon, Toronto et Winnipeg s’engagent dans des campagnes pour créer ou améliorer les Assemblées générales sur leurs campus. Celles-ci serviront de plateforme où la lutte politique est menée publiquement et de deviendront un outil pour exercer un contrôle démocratique des syndicats étudiants. Comme nous le démontre les campus qui sont dotés d’Assemblées Générale fonctionnelles, celles-ci sont le meilleur outil pour faire avancer des politiques plus radicales; construire une culture de résistance au capitalisme, au colonialisme, à l’impérialisme, au patriarcat et aux autres systèmes d’oppression; et pour lutter contre la notion bourgeoise de la démocratie représentative, dans laquelle une petite minorité détachée des besoins de la majorité détient le pouvoir décisionnel. Finalement, nous organiserons des congrès régionaux où les camarades auront la chance de se rencontrer, partager leurs expériences et proposer des idées pour la période avant le prochain congrès pancanadien en 2019.

Nous sommes le plus grand et plus actif des mouvements anticapitalistes étudiants au Canada. Nous réaffirmons notre engagement à organiser la lutte contre le capitalisme, le colonialisme, le racisme, le patriarcat, le capacitisme et toute autre forme d’oppression sur les campus et partout autre.

C’est le moment idéal pour rejoindre notre mouvement!

Contactez-nous : info@mer-rsm.ca

https://www.facebook.com/RevolutionaryStudentMovement/

Osez lutter, osez vaincre!

Le Comité de coordination du MER-RSM

Résolutions du Sixième Congrès du Mouvement Étudiant Révolutionnaire

Résolutions du Sixième Congrès du Mouvement Étudiant Révolutionnaire

  1. Expansion dans les CEGEP/Collège

Qu’il soit résolu que le Comité de Coordination produise un plan général pour intervenir dans les CÉGEPS et collèges qui pourra guider les chapitres locaux qui interviennent dans les institutions de leur région.

Qu’il soit résolu que ce plan fournisse une stratégie prenant en compte les limitations perçues dans le contexte de ces institutions qui feraient que l’organisation dans ces milieux soient différentes de nos expériences dans les universités. Ceci devrait être effectué à l’aide d’une collecte d’information tirée des expériences des membres actuel.les ou passé.es dans les CÉGEP ou collèges.

Qu’il soit résolu que ce plan soit disponible aux membres avant le 18 août 2017 afin de donner suffisamment de temps pour organiser des plans d’intervention pour la session d’automne.

Qu’il soit résolu que les sections existant dans la même région qu’un CÉGEP ou collège où le MER-RSM n’a pas de présence soient mandatées de lancer une enquête sociale primaire allant jusqu’à l’établissement d’une nouvelle section.

 

  1. Avancement idéologique

Qu’il soit résolu que le Comité de Coordination du MER-RSM développe une liste de lecture pour les chapitres et membres qui ont terminé le cours de base et qu’il s’assure que les cours soient accessibles sur le site web de l’organisation.

Qu’il soit aussi résolu que le Comité de Coordination du MER-RSM compile une liste de lectures recommandées pour les cours de base et avancé, et qu’il s’assure que les cours soient accessibles sur le site web de l’organisation.

 

  1. Campagne pour les Assemblées Générales

Le Comité de Coordination du MER-RSM centralisera le matériel de propagande utilisé pour les campagnes précédentes d’Assemblée Générales pour les rendre accessibles à tou.tes.

Qu’il soit résolu que le Comité de Coordination crée de la propagande spécifique pour les campagnes d’Assemblée Générale.

 

  1. Plan pour initier un Comité de Justice Transformative

Qu’il soit résolu que le Comité de Coordination soit responsable de fournir un mécanisme ouvert pour tous les membres du MER-RSM et de sa périphérie pour porter plainte envers tout membre qui aurait fait preuve de comportements patriarcaux, transphobes, racistes, capacitistes, etc. ou violents. Ceci inclut un processus d’enquête, de médiation et de rectification.

Qu’il soit résolu que, lorsqu’une plainte est reçue, le Comité de Coordination crée un Comité de Justice Transformative ad hoc composé de membres du Comité de Coordination et de membres du MER-RSM qui n’ont pas de lien direct avec l’incident, qui enquêterons sur la plainte et entreprenderons à un processus de rectification si nécessaire.

Qu’il soit aussi résolu qu’une liste de camarades qui désireront agir sur le Comité de Justice Transformative soit compilée avec une liste de leurs compétences pertinentes.

Qu’il soit aussi résolu qu’une liste de ressource pour aider au travail du Comité de Coordination du MER-RSM et du Comité de Justice Transformative soit créée. Cette liste devra aussi être disponible au leadership de tous les chapitres.

Qu’il soit aussi résolu que tout membre du MER-RSM qui a une plainte qu’il/elle désire que le Comité de Justice Transformative  et le Comité de Coordination du MER-RSM enquêtent, a le droit de contacter leur organisateur/trice régional.e ou n’importe quel membre du Comité de Coordination; d’être représenté.e par un autre membre s’il/elle désire, et que leur plainte soit traiter dès que possible. Si le/la plaignant.e se trouverait dans une situation d’urgence, le Comité de Justice Transformatrice et le Comité de Coordination devront fournir autant d’appui que possible.

 

  1. Événements régionaux pour 2018

Qu’il soit résolu que pour l’année scholaire 2017-2018 les organisateurs/trices régionaux soient chargés de tenir un évènement régional de nature politique, organisationnel ou sociale.

Qu’il soit résolu que le prochain congrès du MER-RSM pan-canadien soit tenu en 2019.

 

La délégation de Peterborough s’est offerte pour tenir l’évènement régional et potentiellement le  prochain congrès.

 

  1. Proposition sur les finances

Qu’il soit résolu que chaque section s’engage à entreprendre des activités de levée de fonds et essaye d’obtenir financement institutionnel lorsque c’est possible.

 

  1. Publication

Qu’il soit résolu que chaque chapitre soit chargé de préparer au moins un article par édition pour le prochain congrès.

Qu’il soit résolu que la publication produise au moins une édition par année.

 

  1. CAFE

Qu’il soit résolu que le comité de Coordination du MER-RSM produise un guide sur comment s’opposer à CAFE et aux groupes masculinistes avec le but d’arrêter ces organisations.

Qu’il soit aussi résolu que le Comité de Coordination produise de la propagande pour toute les sections qui s’organisent contre CAFE et tous autres groupes masculinistes. De plus, les sections qui s’engagent actuellement dans une lutte contre des groupes masculinistes devront centraliser leur propagande.

 

  1. Éducation prolétaire

Qu’il soit résolu que le Comité de Coordination du MER-RSM soit chargé de synthétiser une analyse de ce qu’est l’éducation prolétaire et de ce qu’est l’étudiant.e prolétarien.ne.

Qu’il soit aussi résolu que le Comité de Coordination du MER-RSM soit chargé recueille la contribution des chapitres sur ces questions politiques

 

  1. Journée des travailleuses(eurs) de Genres Opprimés

Qu’il soit résolu que les chapitres du MER-RSM organisent un événement ce jour sous la bannière de la Journée des travailleuses(eurs) de genres opprimés en célébration du féminisme prolétarien et des révolutionnaires opprimées par le genre.

 

  1. Ligue Internationale des Luttes Populaires

Qu’il soit résolu que le MER-RSM affirme sa solidarité avec les organisations membre de la LILP, là où approprié, afin de renforcer et concrétiser notre travail international.

 

  1. Plan stratégique pour le MER-RSM

Le MER-RSM affirme que  son objectif primordial est l’organisation des étudiant.es prolétarien.nes et la promotion de la révolution au Canada.

Qu’il soit en outre résolu que le RSM adopte, comme orientation stratégique immédiate, la réalisation d’assemblées générales en vue d’organiser d’éventuelles grèves.

Qu’il soit en plus résolu que le MER-RSM adopte le plan d’action général suivant:

  1. Dans la mesure du possible, les sections du MER-RSM doivent faire campagne pour la création d’assemblées générales dans lesquelles chaque étudiant.e obtiendra un vote et pourra initier des motions, en tant que plus haut organe décisionnel de leur organisation d’étudiante respective ; incluant mais ne limitant pas aux syndicats, fédérations et associations. La procédure à suivre variera selon la constitution et les règlements de chaque organisation étudiante.
  2. En raison des contours de la politique étudiante au Canada anglais, les sections de MER-RSM doivent d’abord travailler à la création d’assemblées générales pour l’ensemble du campus.
  3. Une fois que les assemblées générales pour l’ensemble du campus gagnées, les sections du MER-RSM devront travailler vers des assemblées générales de programme ou de faculté.
  4. Les campagnes pour les Assemblées Générales doivent prendre une forme de vie et d’organisation indépendante du MER-RSM, mais être reliées et dirigées politiquement par le MER-RSM.
  5. De plus, lorsque les Assemblées Générales auront été réalisées, les chapitres du MER-RSM devront initier des motions de gauche controversées afin de construire un « hype » pour les Assemblées Générales et obtenir le quorum. Ceci peut inclure des choses comme l’abolition du conseil administratif étudiant, la condamnation de l’occupation de l’Afghanistan, ou d’autres questions qui serviront à séparer les avancées et intermédiaires des arrières.
  6. Dès que possible, les sections du MER-RSM doivent présenter des motions pour tenir une journée de grève et présenter les exigences de la journée d’action du printemps rouge comme programme de base.
  7. Comme il y aura de plus en plus de chapitres du MER-RSM qui seront en mesure d’organiser des grèves, les chapitres du MER-RSM devront commencer à coordonner les uns avec les autres pour tenir des grèves sur les mêmes jours. Cette coordination devra continuer à se développer et à croître à plus grande échelle.
  8. L’objectif final de ce processus est la tenue d’une grève générale illimitée à travers le Canada, dans laquelle le RSM sera une force politique de premier plan.

 

Qu’il soit en plus résolu que le MER-RSM affirme que ce n’est pas une conception étapiste de la révolution, où à la fin de ce processus la révolution émergera spontanément. Au lieu de cela, le MER-RSM doit comprendre ce processus comme une stratégie qui attirera et formera des cadres et renforcera nos capacités.

Qu’il soit en plus résolu que le MER-RSM à aucun moment au cours de ce processus ne cesse de s’engager dans de la propagande indépendante, anti-capitaliste et radicale. Le MER-RSM ne doit pas non plus se liquider dans le mouvement général et doit plutôt faire avancer constamment ses propres promesses et positions tout en menant des campagnes d’unité politique plus faible.

Qu’il soit en plus résolu que le MER-RSM doit envisager la création d’un court programme général de promesses qui touche aux besoins immédiats des étudiant.es prolétarien.nes et opprimé.es. Ce programme devrait servir de base aux promesses faites pendant les grèves. Il devrait concrétiser les positions politiques du MER-RSM.

 

  1. Consolidation des documents organisationnels

Qu’il soit résolu que le MER-RSM consolide tous nos documents en français et en anglais sur les méthodes d’organisation et la façon de nous conduire dans diverses situations. Ces documents devront ensuite être traduits et distribués à chaque section et également mis à la disposition des nouvelles sections et des organisateurs comme qu’il est nécessaire.

Qu’il soit également résolu que cela doit prendre la forme d’un folio comprenant des checklists pour différents types d’événements ainsi que des lignes directrices pour les réunions hebdomadaires et des modèles de rapport d’enquête sociale. En plus de ce matériel, tous les documents déjà en circulation doivent être inclus.

 

  1. Solidarité envers la répression étatique

Le MER-RSM condamne les actions de la Police de Sudbury et la police provinciale de l’Ontario envers le MER Sudbury

L’entièreté du MER-RSM est solidaire avec les camarades de Sudbury durant c’est temps difficile et nous leur offrons tout assistance qu’ils/elles jugent nécessaire pour continuer leur bon travail à Sudbury.

 

  1. Solidarité avec Igor Sadikov

Le MER-RSM affirme sa solidarité avec Igor Sadikov contre les attaques Sioniste, et nous soutenons sa critique du Sionisme.

Report du 6e congrès pancanadien du MER

Report du 6e congrès pancanadien du MER

Malheureusement, le 6e congrès pancanadien du Mouvement Étudiant Révolutionnaire devra être reporté. Le lieu que nous avions planifier utiliser s’est retiré au dernier moment et tout autre tentatives pour trouver un endroit alternatif ont été sans succès. Cet annulation de leur part est due à la nature politique de notre organisation et sans pouvoir le confirmer à ce moment, la répression de la part de l’état est possiblement un facteur.

Comme nous avons été incapable de trouver un autre lieu dans des délais aussi court, le Congrès sera tenue les 18-19 Février 2017. Plus de détails sur le lieu suivront. Nous nous excusons pour l’inconvénient que ceci peut causer à nos membres, supporteurs et observateurs. Malgré cet obstacle nous demeurons ferme dans notre volonté révolutionnaire. Nous continuerons de bâtir le plus grand mouvement étudiant révolutionnaire, militant, combatif et anticapitaliste au pays et nous vous invitons tous à notre prochain congrès. Nous nous assurerons que ce sera notre meilleur congrès à jour!

Salut Rouge!

– Le Comité de Coordination du MER-RSM

Sixième Congrès Pancanadien!

Sixième Congrès Pancanadien!

Le Mouvement Étudiant Révolutionnaire est fier d’annoncThumbnailer la tenue à Montréal de son  6ème Congrès Pancanadien les 19 et 20 novembre 2016!

Nous invitons toutes personnes et organisations intéressées à  y participer, pour aider à bâtir le movement révolutionnaire parmi les étudiant-es!

Depuis notre dernier Congrès à Ottawa en automne 2015, le Mouvement Étudiant Révolutionnaire (MER) a continué de grandir.  Plusieurs nouveaux chapitres sont apparus à travers le Canada: notre expansion à été particulièrement notable dans l’Ouest Canadien et les Maritimes. Notre pratique s’es également développée:  suite à l’attention porter par notre dernier Congrès sur la consolidation et l’enracinement, presque tous les chapitres du MER ont fait un travail de masse significatif. Incluant: la bataille contre les fermetures d’écoles à Vancouver, du travail de solidarité avec des activistes autochtones partout au Canada, des programmes de servir le peuple comme les «bouffes populaires» à Montréal, de l’éducation sexuelle radicale à Peterborough, le combat victorieux pour l’accès à l’avortement à l’Île-du-Prince-Édouard, la solidarité avec les travailleur-ses d’un journal en grève à Halifax, la campagne pour sortir un ancien chef de police raciste du campus McMaster à Hamilton et le combat toujours en cours  (particulièrement à Ottawa)contre les masculinistes fascistes. Ce ne sont que quelques unes de nos activités;la totalité serait trop long à écrire.

Toutefois, bien que le MER à grandi et que notre travail s’est amélioré, nous avons aussi fait des erreurs. L’erreur l’a plus importante à été de ne pas spécifier ce que nous voulions dire par «consolidation». Pour cette raison, à certains endroits des chapitres du MER se sont retranchés sur eux-mêmes, plutôt que de s’orienter vers la masse des étudiantEs prolétaires.Aussi, en raison de la vitesse de croissance du MER, nous avons souvent eu de la difficulté à diriger une organisation de notre taille: le développement du leadership n’a pas toujours suivi la croissance du MER.  Au niveau politique, malgré l’adoption par le dernier Congrès d’un rapport politique compréhensif, cette ligne n’a pas toujours éclairé le travail des chapitres locaux. De plus, le MER n’a pas avancé dans son plan de développer un programme compréhensif pour les étudiantEs prolétaires à travers le Canada.  Bien que la période entre notre 5ème et 6ème Congrès aura été généralement positive, il y avait certainement place à l’amélioration.

Avec ceci en tête, le Comité de Coordination a identifié les centres d’attention suivant pour le Sixième Congrès Pan-Canadien du MER:

  • Développement du leadership: Le MER a besoin de davantage développer son leadership intermédiaire. Étant donné la taille du MER, il doit y avoir une attention particulière dévouée à la construction d’une structure et d’un genre de «staff interne» chargé d’aidé le travail de l’organisation dans son ensemble.
  • Aller plus loin dans la Consolidation: Nous devons déterminer ce qui veut dire pour les chapitres du MER de se consolider et de réellement s’enraciner dans leurs régions respectives
  • Renforcer l’Organisation: Nous devons payer davantage d’attention à répandre les meilleurs pratiques à travers les différents chapitres du MER. Dans ce but, nous allons créer une série de «documents organisationnels»– un guide au travail révolutionnaire– afin d’aider les chapitres actuels et en bâtir de nouveaux.
  • Approfondir nos Perspectives: Nous invitons des mises à jour au rapport politique sur lequel nous nous sommes entendus au dernier Congrès.
  • Contre la Montée des Frais de Scolarité en Ontario: Il y a une forte possibilité que l’Ontario dérèglemente les frais de scolarité en 2017. Le MER devrait initier une lutte de masse contre cette dérèglementation, bâtissant une campagne large à travers toutes les tendances politiques.

Das ce but, le Comité de Coordination invite toutes les sections du MER à préparer des résolutions traitant de ces enjeux ou de d’autres et de les soumettre pour discussion au Congrès.

Le Comité de Coordination invite toutes les sections du MER à envoyer des délégué.es au Congrès. Des details suivront concernant les procédures de sélection de délégué.es.

Le Comité de Coordination invitent touTEs les supporteurs-trices du MER à former de nouveaux chapitre du MER avant le prochain Congrès et d’appliquer pour envoyer des délégué.es.

Le Comité de Coordination invite les groupes existants à voter pour ce joindre au MER afin de participer au prochain Congrès et renforcir le Mouvment des étudiantEs révolutionnaires.

Enfin, le Comité de Coordination invite touTEs ceux et celles intéresséEs par notre pratique et notre ligne politque à envoyer des observatrices-eurs au 6èeme Congrès pour mieux comprendre ce que nous représentons.

Le développement d’un movement révolutionnaire au Canada- à la fois chez les étudiantEs et les Travailleurs-ses- avancent rapidement. Nous vous invitons à faire partie de cette lutte.

Si vous ou votre organisation êtes intéressé.e à participer, contactez nous par couriel: info@mer-rsm.ca .

On se voit à Montréal!

 

———————

Le MER est une organisation pancanadienne de jeunes et étudiantEs révolutionnaires et anti-capitalistes. Nous nous sommes rassemblé-es pour la première fois comme une collection de petits groupes au Québec et en Ontario en Décembre 2012. Nous sommes maintenant dans toutes les régions du pays avec plus de 15 chapitres différens. Nous organisons dans les CÉGEPS, les collèges, les écoles secondaires et les universitées. Nous sommes contre l’exploitation, l’aliénation et l’oppression sous toutes ces formes; bref, notre but est de contribuer à la lutte contre le capitalisme en organisant les étudiant-es prolétaires vers la revolution

Dans la rue le 2 Novembre – Vers une grève étudiante au Canada Anglais!

Dans la rue le 2 Novembre – Vers une grève étudiante au Canada Anglais!

Le 2 novembre 2016, La Fédération Étudiante Canadienne (FEC) appelle à une journée d’action pan-canadienne contre la montée des frais de scolarité. Le Mouvement Étudiant Révolutionnaire (MER) supporte sans equivoque l’appel à une journée d’action. Bien que nous ayons des differences tactiques et politiques avec la FEC, le MER supportera toujours des actions contre les frais de scolarité et nous  félicitons la FEC pour cette initiative. Nous appellons touTEs nos membres et sympathisantEs à aider à l’organisation dans leurs régions pour faire du 2 Novembre un énorme succès.

Bien que nous supportions la journée d’action, nous sentons le besoin de nuancer notre support. Notre position sur la FEC – que c’est une organisation calcifiée, anti-démocratique, bureaucratique et réformiste qui sert de barrière à la creation d’un mouvement étudiant combatif au Canada anglais- reste inchangée. La FEC n’a pas appelé à une journée d’action par réel désir de lancer une vrai campagne de masse anti-frais ou afin de faire monter le niveau de militantisme de cette présente activité contre la montée des frais de scolarité. Elle va plutôt encore utiliser la journée d’action dans le cadre de ses efforts de lobbying, utilisant cyniquement la mobilisation étudiante pour ce donner plus de poids dans les rencontres annuelles des bureaucrates de la FEC avec des politiciens. La FEC est ouvert là-dessus (bien qu’elle ne le sera probablement pas lors des mobilisations de l’automne!): la FEC-Ontario écrit que ça campagne combattons les frais à été lancée en prévision des élection Ontariennes de 2018.

Il vaut la peine de souligner que cette stratégie – mobilisations pour appuyer le lobbying- est la stratégie de base de la FEC depuis sa fondation. Cette stratégie à été inefficace (à l’exception d’une ou deux victoires mineures): même les demandes bénignes que la FEC fait aux gouvernements federal et provinciaux sont ignorées. En contexte de dérèglementation prochaine des frais de scolarité en Ontario en 2017 – qui servira de plan à suivre pour les autres gouvernements provinciaux- de dettes étudiantes à la hausse, de frais de scolarité à la hausse et d’un manqué d’emplois pour les jeunes et les étudiantEs, l’incapacité de la FEC à faire des gains pour ces membres montre la nécessité pour les étudiantEs révolutionnaires de sortir de la FEC.

De plus, les demandes de la FEC ne vont pas assez loin. La campagne et la journée d’action actuelle visent seulement la montée des frais. Le MER est pour l’abolition complètes des frais de scolarité et auxiliaires, l’annulation de toutes dettes étudiantes et pour un accès complètement ouvert à toutes les institutions post-secondaires du Canada. C’est seulement en éliminant les frais et les critères d’admissions que nous pouvons rendre l’éducation réellement accessible à la classe ouvrière au Canada. Le MER est pour l’accès à l’éducation post-secondaire pour tous les peuples autochtones et un aspect anti-colonial à tous les programmes. Le MER veut que l’éducation soit au service du people et non du profit; que la recherché soit pour le benefice de TouTEs et non des corporations et que l’éducation serve les luttes pour la justice et la liberation. Enfin, le MER est pour le contrôle démocratique des institutions post-secondaires par les étudiantEs, les employéEs de soutien, la communauté et les enseignantEs. Et ce n’est que le début. Sur toutes ces questions – que nous croyons être au coeur du combat pour l’accès à l’éducation- la FEC n’a pas grand chose à dire.

En 2012, les étudiantEs du Québec ont lancé une grève qui à mise le gouvernement à genoux. Le MER continue de dire qu’il s’agit d’un exemple à émuler dans le reste du Canada. Depuis, la FEC n’a fait absolument rien pour apprendre du Printemps Érable et implanter ces leçons dans le reste du Canada. Les efforts de lobbying de la FEC sont un cul-de-sac; la seule façon de forcer la main du gouvernement sur les frais de scolarité est par la grève. Le MER soutient que la creation d’un mouvement étudiant réellement démocratique est une precondition à des grèves étudiantes dans le reste du Canada. Au lieu du style de syndicalisme étudiant bureaucratique et corporatiste de la FEC, où seul une poignée d’éluEs sont consultéEs sur les affaires de l’association étudiante, le MER va continuer de militer pour que des assemblées générales de touTEs les membres soient la plus haute instance décisionnelle de l’association étudiante. Afin de gagner nous devons aller en grève et afin d’aller en grève nous avons besoin d’un contrôle démocratique sur nos associations étudiantes

À cette fin, le MER encourage touTEs ces membres et supporters à utiliser la journée d’action du 2 novembre pour briser advantage avec les politiques et les tactiques vouées à l’échec de la FEC. Bien que nous nous jetterons dans la mobilisation pour cette journée d’action, nous continuerons aussi de lutter contre les bureaucrates de la FEC qui cherchent à utiliser la journée d’action pour garder le contrôle del leurs associations étudiantes respectives. Nous invitons touTEs les étudiantEs à ce joindre aux contingents révolutionnaires qui sont en train de se preparer à travers le Canada pour les manifestations du 2 novembre.

Pour un mouvement étudiant réellement démocratique au Canada Anglais!

Vers une grève étudiante pour la gratuité scolaire!

Dans la rue le 2 Novembre!

 

Le Mouvement Étudiant Révolutionnaire célèbre la Journée Internationale des Travailleuses et des Travailleurs!

1er Mai 2016! Le Mouvement Étudiant Révolutionnaire participera pour l’occasion à diverses actions à travers le Canada pour céléber la lutte incessante de la classe ouvrière contre le capitalisme et pour faire le deuil des nombreuses personnes qui ont perdu la vie en raison des conditions atroces de ce système oppressif. Aujourd’hui nous  envoyons nos salutations révolutionnaires et voeux de solidarité à tous les peuples qui se battent contre le capitalisme, l’impérialisme et le colonialisme. Nous sommes solidaires avec les Guerres Populaires et les Révolutions menées partout dans le monde par des révolutionnaires en Inde, aux Phillipines, au Népal en Turquie, au Kurdistan, en Afghanistan, au Pérou et ailleurs.

Aujourd’hui, nous souhaitons souligner  ces luttes dans lesquelles les étudiantEs et jeunes révolutionnaires de partout au Canada sont engagéEs:

  1. Démocratisation des Associations Étudiantes et Assemblées Générales! Au Collège Algonquin, où nos camarades organisent autour du droit pour les étudiantEs de faire tenir des référendums à l’association étudiante, et à l’Université York, où nos camarades se battent pour une veritable assemblée générale.
  2. Féminisme Prolétarien! Nos camarades à Peterborough ont initiéEs le Programme d’Éducation Révolutionnaire sur le Genre et la Sexualité. Soulignons aussi la contre-manifestation co-organisée par les sections du MER dans la région d’Ottawa contre la «Marche pour la Vie» des anti-choix.
  3. Contre la militarisation et la Police! À Toronto, les sections du MER travaillent sur la campagne 15 Ans de Guerre Impérialiste pour souligner l’occupation de l’Afghanistan toujours en cours. À Hamilton, le MER à initié la Campagne De Caire Hors du Campus! contre l’embauche comme chef de la sécurité de l’ancien chef de police pro-profilage Glen De Caire.
  4. Anti-Fascisme et Anti-Racisme! Nos camarades à Montréal et Toronto ont pris l’initiative dans la mobilisation contre les organisations d’extrème-droite comme PEGIDA ainsi que d’autres groupes réactionnaires comme la Ligue de Défense Juive et les groupes masculinistes comme l’Association Canadienne pour l’Égalité (CAFE). Nous sommes maintenant une des principales organisations anti-fascistes de Montréal et restons un des seuls groupe étudiant affrontant ouvertement les masculinistes.
  5. Solidarité Immigrante! Nos camarades de Montréal sont en train de forger des liens avec la communauté Kurde et font du travail de solidarité avec la résistance du peuple kurde contre le régime Erdogan (supporté par le Canada) et l’État Islamique.
  6. Contre les fermetures d’écoles! Le MER Sudbury se bat pour les droits des étudiantEs affectéEs par la décision de l’Université Laurentienne de fermer son campus de Barrie. À Vancouver, le MER travaille contre les plans de la commission scolaire de Vancouver de fermer des écoles dans des quartiers prolétariens et racisés.
  7. Solidarité Ouvrière! À Halifax, le MER a travaillé a organiser les étudiantEs en journalisme pour les empêcher de briser la grève des journalistes à l’Halifax Chronicle Herald.
  8. Contre les frais de scolarité! En 2017 les frais de scolarité seront dérégularisés en Ontario. En anticipation de ce qui sera surement une augmentation massive des frais, nous appellons toutes et tous les étudiantEs progressifVEs, démocratiques et révolutionnaires à se joindre et à lutter. Plus de plans seront disponibles dans les prochains mois.

 

Avec cette déclaration nous affirmons notre dévouement à la lutte pour les intérêts des étudiantEs prolétaires et de la classe ouvrière en générale dans la prochaine année. Nous continuerons le combat contre le capitalisme, le colonialisme, l’impérialisme  et l’État capitaliste! Si vous voulez nous aider à détruire le capitalisme et bâtir un monde meilleur, joignez-vous au Mouvement Étudiant Révolutionnaire!

 

Pour plus d’information sur les évènements du 1er Mai dans votre région, consulter cette liste d’évènements fournise par le PCR-RCP: http://www.pcr-rcp.ca/fr/4297

 

 

Joignez le combat contre les masculinistes réactionnaires! CAFE n’a pas de place dans nos communautés!

Joignez le combat contre les masculinistes réactionnaires! CAFE n’a pas de place dans nos communautés!

12688275_1093082380753904_610284315526877141_n1

Lors de la première semaine de février 2016, les rencontres de Pick-up artists organisées à travers le monde par le ‘néo-masculiniste’ notoire Roosh V  furent écrasées par le pouvoir et la colère des masses. À travers le Canada, les gens se mobilisèrent avec des manifestations et des réponses militantes contre ce qui était correctement identifé comme un discours haineux de Roosh V et ses supporters misogynes. Le combat contre les idées arriérées des réactionnaires cherchant à détruire les gains des luttes féministes des dernières décennies ne doit cependant pas s’arrêter là. Roosh V et ses semblables ne sont qu’une section particulièrement dégoutante du réseau de sites internet, d’organisations et de communautés composant la ‘mascusphère’, un réseau trouvant son expression politique à travers le fameux mouvement masculiniste. Nous ne devons pas hésiter à exposer ce mouvement tout entier, de ses franges militantes à ses façades ‘respectables’ pour ce qu’il est: un mouvement réactionnaire de suprémacistes mâles cherchant à préserver un status quo hiérarchique, oppressif et inégalitaire. Les groupes arriérés ouvertement misogynes de la ‘mascusphère’ comme le fameux réseau américain A Voice for Men (AVfM) ont des vues d’extrême-droites, incluant: que le pouvoir masculin et l’inégalité structurelle sous le patriarcat sont un mythe, comme le prétend Warren Farrell dans un livre des années 90 souvent décrit comme la Bible ou la ‘pilule rouge’ (en référence au film la Matrice) du mouvement masculiniste; que l’existence de la culture du viol est un mensonge perpétué par les féministes pour opprimer les hommes(les accusations de viol ne seraient donc rien qu’un outil pour maintenir les femmes dans une position socialement dominante); et que la société actuel serait structurée de façon à désavantager et victimiser les hommes en tant que classe. Toutes ces idées sont explicitement affirmées dans de nombreux articles du site internet  de  A Voice for Men.

 

Au Canada, le Mouvement Étudiant Révolutionnaire à pris un rôle de tête dans la mobilisation contre l’organisation masculiniste respectabilisée qu’est l’Association Canadienne pour l’Égalité (CAFE en anglais). Sachant que les gens rejèteront les idées arriérées et ouvertement misogynes de groupes comme Roosh V et co. et A Voice for Men, CAFE utilisent une stratégie marketing élaborée et déshonnête pour dissimuler son agenda politique. Un regard attentif révèle toutefois que bien que CAFE fasse attention de maintenir son autonomie organisationnelle, ils sont politiquement affiliés avec ces groupes extrémistes et existent afin de donner une légitimité organisationnelle aux causes et idées masculinistes. Par moment ces connections deviennent explicites, comme quand CAFE à promu une conférence de Voice for Men sur son site internet en disant qu’elle était  «mportante pour les Canadiens[1]», ou quand le fondateur d’AVfM Paul Elam et le membre du conseil d’administration de CAFE Adam McPhee ont tenu un dialogue sur AVfM qui a fini avec Paul Elam concluant qu’il voyait «un futur radieux où nos deux organisations pourront avancer dans leur missions en bénéficiant d’un support moral mutuel[2]

 

De plus, tous les évènements de CAFEF– incluant un discours de Warren Farrell, qui est aussi un des conseillers de CAFE– ont reçu une couverture enthousiaste de la part d’A Voice for Men et de réseau étendu de misogynes toxiques[3]; La pratique de CAFE de filmer les manifestant.e.s  à leurs évènements  fait en sorte que plusieurs manifestantes ont été identifiées, localisées, harcelées et menacées, une pratique connue sous le nom de «doxing». Dans aux moins un cas, A Voice for Men a publié un article complet parlant en detail d’une manifestante à un évènement de CAFÉ, écrit par un mascu anonyme disant faire partie d’une «armée clandestine en expansion» et se comparant au chasseur de Nazi Simon Wiesenthal[4]. L’affiliation politique entre CAFE, AVfM et d’autres parties de la ‘mascusphère’ font de cela bien plus que des menaces en l’air; en Mars 2014, une étudiante de l’Université Queen’s impliquée dans l’organisation d’une action contre un évènement de CAFE (un discours par la professeure à l’Université d’Ottawa Janice Fiamengo) fut attaquée et battue par des assaillants non-identifiés la nuit avant l’évènement[5]. Bien sur, CAFE en tant qu’organisation dénonce ces actes de violence individuelle. Ces tactiques sont cependant entièrement caractéristiques du mouvement masculiniste dont elle fait partie, un mouvement affirmant que les femmes et les féministes en particulières sont des oppresseures contre qui les hommes sont en guerre. Cette logique inversée, pour qui les opprimées sont le groupe oppresseur que le groupe dominant doit combattre pour préserver sont statut et sont identité, est presque identique à la logique du fascisme. De cette façon,CAFE crée un climat de peur sur et en-dehors des campus universitaires canadiens pour écraser et éliminer la lutte féministe pour l’égalité véritable et la justice. C’est pourquoi nous disons que même et spécialement quand ils tentent de ce présenter comme respectables,les masculinistes doivent être confrontés, exposés et écrasés partout où ils se trouvent!

 

Nous voulons dire quelques mots sur les personnes impliqué.e.s dans CAFE. Illes ne sont pas tou.te.s ouvertement misogynes et CAFE a tendance à mettre ses membres plus libéra.ux.les en avant comme preuve qu’ils ne sont pas comme les autres organisations masculinistes. Certains des personnes que l’organisation a attiré sont réellement préoccupé.e.s par des enjeux véritables qui affectent les hommes: le suicide et la santé mentale, les conditions de travail non-sécuritaires, l’itinérance, l’éducation. Un coup d’oeil rapide sur ses évènements montre cependant que CAFÉ, comme d’autres sections du mouvement masculiniste, ne font qu’exploiter ces enjeux, disant que sont tous des signes d’une conspiration sociale contre les hommes que les féministes cachent en parlant de l’oppression des femmes. De cette façon, les mascus prennent avantage de l’exploitation et de l’impuissance politique des masses pour faire avancer son agenda réactionnaire et misogyne. Nous rejetons totalement les réponses incorrectes, incohérentes et dangereuses qu’ils donnent à l’exploitation et l’oppression réelles de la société capitaliste.

Le Mouvement Étudiant Révolutionnaire est une organisation combative pancanadienne organisant les étudiant.e.s prolétaires pour faire avancer la lutte de classe sur les campus et batir un mouvement pour mettre fin à l’exploitation, l’oppression et l’aliénation sur la base de classe, de race, de la sexualité, de l’identité de genre ou de l’handicap. Nous voyons cette fin comme étant uniquement possible par le renversement révolutionnaire du capitalisme, un mode de production basé sur l’exploitation des masses laborieuses qui à causé une misère sans fin dans toutes les sociétés sous son emprise- qui a causé dans ces sociétés le suicide et les problèmes de santé mentale, les conditions de travail dangereuses, le sous-financement de l’éducation, l’itinérance et bien d’autres problèmes sociaux dont CAFE prétend ce soucier. Le capitalisme fonctionne aussi en tournant les sections dominantes des masse contre d’autres groupes, sur la base de la race, du genre, de la sexualité, de la langue et de n’importe quoi qu’il arrive à exploiter pour empêcher les masses de s’unir pour écraser leur ennemi commun. Ainsi, les idées misogynes, comme les autres idées arriérées et réactionnaires, font reculer la lutte populaire pour l’élimination de l’exploitation et de l’oppression. Le MER est fier de son historique de confronter les masculinistes réactionnaires quand ils ont tentés de s’organiser sur des campus à travers le Canada. En Avril 2014, les camarades à l’Université d’Ottawa ont empêché la tenue d’une conférence de Janice Fiamengo sur la non-existence de la culture du viol; en Août de la même année, la section Torontoise de MER a réussi à contrer une autre conférence d’une des organisations satellites de  CAFÉ à  l’Université de Toronto. Ces actions ont vu une montée de la réponse de CAFÉ aux manifestant.e.s étudiant.e.s; la sécurité et la police sont maintenant couramment vu aux évènements, anticipant à l’avance des perturbations.

 

Plus récemment, une action du MER à l’Université d’Ottawa le 10 février à mener à une réponse directe de la conseillère de CAFE et vice-présidente de la branche ottavienne Janice Fiamengo. Fiamengo est une célébrité dans la  « mascusphère » pour sa série de vidéos, les «Fiamengo Files», qui sont publiés sur YouTube via un compte nommé  «StudioBrulé»,  le même compte publiant les vidéos d’évènements de CAFE. Les vidéos de Fiamengo affirment explicitement que le féminisme est un sistème totalitaire opprimant les hommes. Dans une vidéo[6], elle affirme que Roosh V, qui excuse ouvertement le viol, est une victime de l’establisment féministe, citant de façon approbatoire son article «Comment arrêter le viol» dans lequel il décrit les accusations de viol comme des mensonges utilisés par les femmes pour persécuter «l’amoureux le la veille » et argumente pour la légalisation du viol. Dans une autre video de février 2016, elle exhorte les hommes à «reprendre leur pouvoir et leur fierté» et décrit comment le féminisme est en train de la transformer en «misogyne enragée[7]». Vue sa ligne politique d’extrème-droite, qui lui fait dire dans une autre video que l’équité est anti-méritocratique et discriminatoire pour les hommes[8], que l’harcèlement sexuel est un mythe dangereux[9] et que le féminisme veut littéralement dégrader l’âme des hommes et leur enlever leurs vertues spécifiques d’indépendance, d’objectivité et de force[10],  ce n’est pas surprenant qu’elle ait aussi écrit des éditoriaux racistes et xénophobes[11]. Dans un d’entre eux, co-écrit avec son mari, l’idéologue d’extrême-droite David Solway, elle dit que l’Islam doit être rejeté par l’Occident et que la soi-disant «vague musulmane» amènera de plus en plus d’attaques terroristes contre les valeurs et les peuples Judéo-Chrétiens[12]. Il devrait être innaceptable pour toute personne opposée à l’islamophobie, au racisme, à la misogynie et au fascisme que cette personne, qui défend des apologistes du viol reconnus, qui organise un groupe haineux sur le campus et qui ne montre que du mépris pour les étudiant.e.s[13], soit une professeure à l’Université d’Ottawa! Elle est l’organisatrice principale de CAFE à uOttawa, au coté de David Shackleton, un professuer retraité de biologie qui a affirmé que le féminisme aujourd’hui se comporte comme le nazisme avant la seconde guerre mondiale, que «la guerre à venir est inévitable» et que «nous devons faire descendre les femmes du piédestral, et nous ne ferons pas ça comme culture tant que nous ne verront pas le mal qu’elles font[14]».Il a aussi dit que le massacre de femmes accusées d’être féministes par Marc Lépine à Polytechnique en 1989 était le résultat inevitable de la persécution féministe des hommes[15].

 

En lumière de tout cela, le MER est content d’être attaqué par Janice Fiamengo pour constamment confronter son organisation, l’Association canadienne pour l’égalité. Nous ne sommes pas intéressé.e.s à dialoguer avec elle ou son organisation. Nous entendons confirmer ce qu’illes suspectes:que les masses racisées, opprimées sur la base du genre, exploitées et et marginalisées, reconnaissent le mouvement masculiniste pour ce qu’il est, et vont le rejeter, sous toutes ces formes,  pa l’occupation et l’action directe si nécessaire, peu importe où il se trouve. Le MER est une organisation combative; cela signifie que nous acceptons que des tactiques perturbatrices peuvent être nécessaires au dela des limites  de la bureaucratie et de la négociation et que nous sommes prêt.e.s à prendre une position militante contre les idées dangereuses, incorrectes et toxiques sur les campus universitaires et dans la communauté, partout à travers le pays.

 

Nous invitons tou.te.s ceux et celles qui partagent ces valeurs et qui trouve inacceptable que des gens comme  David Shackleton, Janice Fiamengo et Warren Farrell tente de propager leur influence sur les campus canadiens à nous rejoindre pour empêcher la tenue des futures évènements de CAFE et écraser les mensonges, distortions et tromperies masculinistes! Si vous vous inquiétez de la présence de CAFE ou de toute autre présence du mouvement masculiniste sur votre campus, contactez la branche locale du Mouvement Étudiant Révolutionnaire. Ensemble nous pouvons écraser les idées masculinistes et se batter pour les droits, la sécurité et l’égalité des femmes personnes opprimées  sur la base du genre dans nos campus et nos communautés, ainsi que le droit pour tous de vivre libéré.e de l’oppression et de l’exploitation de ce système capitaliste pourri!

 

À bas les masculinistes, longue vie à la lutte populaire!

[1] http://equalitycanada.com/a-voice-for-mens-international-conference-on-mens-issues-why-it-should-be-important-to-canadians/

[2] http://www.avoiceformen.com/mens-rights/adam-mcphee-responds-to-paul-elam/

[3] http://www.vice.com/en_ca/read/we-went-to-a-mens-rights-lecture-in-toronto

[4] http://www.avoiceformen.com/feminism/who-is-emma-claire-and-why-is-she-so-hateful/

[5] http://www.cbc.ca/news/canada/ottawa/queen-s-student-attacked-after-threats-over-feminist-activities-1.2589321

[6] https://www.youtube.com/watch?v=ZZaJ_cpK87M

[7] https://www.youtube.com/watch?v=2kXq8Yb083I

[8] https://www.youtube.com/watch?v=6Js6T45S-Dc

[9] https://www.youtube.com/watch?v=7ba-pdQ8eT8

[10] https://www.youtube.com/watch?v=1umxQInyjmQ

[11] http://www.frontpagemag.com/fpm/179974/supreme-foolishness-janice-fiamengo

http://www.ruthfullyyours.com/2014/07/01/why-do-we-tolerate-the-intolerable-d-by-janice-fiamengo/

[12] http://www.artsandopinion.com/2015_v14_n6/solway-58hx.htm

[13] https://pjmedia.com/blog/the-unteachables-a-generation-that-cannot-learn/?singlepage=true

https://www.youtube.com/watch?v=2RTavcTTons

[14] http://www.menweb.org/femexpos.htm

[15] http://no-maam.blogspot.ca/2005/01/eotm-war-against-men-by-david.html

 

Répression policière, solidarité populaire!

Le MER Montréal était présent à la “Grosse câlisse de manif de soir” du 18 décembre dernier. Cette manifestation anticapitaliste avait été appelée par l’AGECVM pour la gratuité, dans un contexte de coupures brutales dans les services publics par notre bourgeoisie parlementaire. Les chiens du capital avaient sévèrement réprimé deux manifestations de soir dans les semaines précédentes, envoyant, par leurs coups de matraques, une camarade manifestante à l’hôpital .

Gonflé à bloc, le SPVM était bien déterminé a réprimer brutalement cette troisième manifestation. Leur tactique : des infiltrateurs et agents provocateurs, qui s’en sont donné à coeur joie en attaquant manifestant-e-s et passant-e-s. On peut citer comme exemple de la brutalité policière le cas d’une camarade qui a subi une commotion cérébrale et plusieurs autres blessures aux mains de policiers infiltrés qu’elle avait reconnus. Un autre manifestant a aussi subi un sort semblable, détroussé et battu par la police à l’écart de la manifestation. Son crime? Avoir pris des photos des agents infiltrateurs. Un autre individu, un passant, à été menacé et violenté par ceux-ci. Un camarade mineur s’est fait tirer dessus à bout portant avec une balle de caoutchouc, ce qui lui a cassé la main. Les infiltrateurs étaient aussi armés, l’un ayant braqué son arme à feu sur un groupe de manifestant-e-s en menacant de tirer.

Malgré tout, la manifestation a pu faire son chemin remarquablement longtemps selon les circonstances, sous les gaz lacrymogènes et la surveillance étroite d’un hélicoptère. La combinaison des attaques des flics, des parturbations des infiltrateurs et de l’absence d’une bannière de tête ont cependant fini par miner la cohésion de la manifestation, permettant aux flics de faire des arrestations ciblées de personnes qualfiées de “dangereuses”, c’est-à-dire, les plus politiquement organisées ou clairement anticapitalistes. Les arrestations violentes se sont échelonnées sur un grand laps de temps, en contexte isolé, les policiers suivant les manifestant-e-s hors de la manifestation, sur le trottoir.

Le contingent du MER, après avoit été séparé de la manifestation, a été poursuivi par des policiers à vélo, croisant éventuellement la route de plusieurs ‘’camarades’’ au comportement suspect. Au moins deux de ceux-ci avaient des oreillettes et il y a de fortes raisons de penser qu’ils étaient tous des agents provocateurs. L’arrestation du contingent s’est faite sur le trottoir d’une rue secondaire, ponctuée de violents coups de matraques et de vélos (étrangement, à ce moment, les nouveaux “camarades” avaient mystérieusement disparu…). L’arrestation fut brutale : abus verbaux, insultes racistes, sexistes et homophobes, des camarades blessés à différents degrés de gravité. La flicaille a aussi mimé des coups de pieds à la tête d’une camarade pour lui faire peur. Certain-e-s de nos arrêté-e-s font partie des 11 ayant subi des accusations criminelles à la suite de cette manif, qui ont dû passer la nuit dans des cellules sales et pleines de pisse à se faire interroger par les porcs. Ces 11 accusé-e-s subissent maintenant le stress des dates de cour, des conditions de libération, des frais d’avocat-e-s et d’une possible incarcération.

Le MER-RSM déclare sa solidarité avec tou-te-s les arrêté-e-s et blessé-e-s du 18 décembre ains que toutes les victimes de la répression politique bourgeoise. La police semble avoir changé de tactique : mécontente des débouchés de ses arrestations de masse style 2012, elle s’infiltre maintenant au sein des manifestations, tentant de causer du dégat de l’intérieur. Mais malgré leurs effectifs et leurs tactiques malhonnêtes, l’inventivité des masses saura toujours les mettre en déroute. Il n’en tient qu’à nous de vouloir gagner. Même si nous subissons de la répression, il ne faut pas craindre la police : si celle-ci tente toujours de nous diviser, c’est parce qu’elle sait qu’elle ne peut rien faire contre une foule nombreuse, unie et combative. Nous ne devons pas oublier que les anti-émeutes casquées ne sont que les armes d’une bourgeoisie nerveuse de la colère des masses. La répression qui s’accentue est la preuve que nous leur faisons peur. Leurs cauchemards sont nos rêves, et il n’en tient qu’à nous de s’organiser pour qu’ils deviennent réalité.

Osons lutter osons vaincre !
Laissez tomber les accusations politiques !
Uni-e-s et armé-e-s, nous vaincrons !

Résolutions du Cinquième Congrès du Mouvement Étudiant Révolutionnaire

Résolutions du Cinquième Congrès du Mouvement Étudiant Révolutionnaire

  1.     Orientation générale de notre travail pour la prochaine année                    

    Que nous  ne tenions pas une journée d’action pancanadienne cette année;

    Que nous fassions de la prochaine année une année de consolidation et d’implantation de nos racines;

    Que chaque section fasse du recrutement sa première priorité;

    Que pour un recrutement efficace, chaque section doit se concentrer sur la visibilité et la promotion, incluant de l’affichage fréquent, la distribution de tracts et la tenue de  kisosques et d’évènements, avec le but que  chacunE sur nos campus respectifs sachent que nous existons;

    Que pour favoriser la rétention des nouvelles et nouveaux membres, des rencontres hebdomadaires, au même lieu et à la même heure, soient  tenues par chaque section;

    Que le développement politique des nouvelles et nouveaux membres à travers des groupes d’études devienne une priorité;

    Que chaque section tienne une petite campagne de masse qui soit spécifique à leur contexte, afin de faire du travail, de prouver la pertinence de politiques anticapitalistes, de gagner de petites victoires et de rester connectéE avec les masses.

  2. Comité de Justice Transformatrice                                                    

    Qu’un Comité de Justice Transformatrice ouvert à toutes et tous soit créé;Que le Comité de Coordination organise la première réunion du comité et supervise la réalisation de sa tâche;Que ce comité soit chargé d’enquêter sur l’expérience accumulée du MER et d’autres organisations pour gérer les cas d’agressions sexuelles et toutes autre formes d’oppressions mentionnées dans le préambule de la Constitution. Ce comité créera un guide pratique pour les chapitres locaux du MER ainsi que pour l’organisation pancanadienne;

    Que ce comité travaille avec le Front Féministe Prolétarien  sur le mandat du comité;

    Que ce comité contact tous groupes avec de l’expérience pertinente pour son mandat;

    Que ce comité soumette une proposition d’un guide pratique à tou-te-s les membres aux moins deux semaines avant le prochain Congrès;

    Que ce comité présente un compte-rendu de son travail au prochain Congrès;

    Que le Comité de Justice Transformatrice produise un guide sur la façon appropriée de mener une lutte de ligne qui devra être complété aux moins deux semaines avant le prochain congrès pancanadien du MER-RSM et qui devra être distribué parmi ses membres et être publiquement partagé.

  3. Propagande      

    Que le MER-RSM crée son propre journal/publication, dont la première édition serait prête pour le prochain congrès.

  4. Formation de Cadres                                                              

    Que le Comité de Coordination du MER-RSM pancanadien soit responsible d’organiser une tournée de conférences lors de l’été 2016 pour partager de l’information et une compréhension pratique de notre travail à nos membres et sympathisantEs, pour bâtir nos propres capacités et pour consolider l’unité sociale de l’organisation;

    Que cette tournée voyage à travers les régions concentrées du MER-RSM (l’Ontario et le Québec), mais que des tournées secondaires ou des évènements faits avec l’aide de la technologie devraient être encouragées dans d’autres parties du Canada;

    Que ces évènements soient coorganisés par les membres des chapitres locaux pour aider à développer le futur leadership.

  5. I Am A Student (Je suis unE ÉtudiantE)                                                

    Le MER-RSM supportera le mouvement I Am A Student (Je suis unE ÉtudiantE) en écrivant une lettre de soutien qui sera signé par chacun de ses chapitres locaux.

  6. Perte de membres du comités de coordination                                        

    Que le Comité de Coordination est le droit d’ajouter des membres sur le comité si le besoin se fait sentir. Tout ajout devra être approuver par le prochain congrès.

  7. Levées de fonds                                                                    

    Que le comité de coordination est  la tâche de créer un guide sur les levées de fonds et l’utilisation des fonds amassés. Le guide devrait être produit et envoyé aux sections avant le début de la session d’hiver 2016;

    Que les chapitres qui ont la capacité et/ou ont besoin de fonds devraient visés la tenue d’au moins une levée de fonds par semestre;

    Que les chapitres recevant du financement institutionnel envoient aux moins 10% de ce financement au MER-RSM pancanadien.