Une étincelle peut mettre le feu à toute la plaine: Le MER s’étend dans l’Ouest!

Une étincelle peut mettre le feu à toute la plaine: Le MER s’étend dans l’Ouest!

thumbnail4manitobaLes Prairies sont Rouges

Lors de la dernière année, un des plus importants développement pour notre organisation à été l’affiliation de deux organisations anti-capitalistes des Prairies au MER-RSM – L’Association des Étudiant-es Socialistes (SSA-RSM) à l’Université de la Saskatchewan et le Réseau Étudiant d’Action de l’Université du Manitoba (UMSAN-RSM). Ainsi, nous avons été capable d’unir les étudiant-es révolutionnaires dans le  centre du Canada, créant une base d’organisatrices-teurs expérimenté-es et engagé-es qui pourrons étendre le mouvement étudiant militant à travers le Canada.  

Avec la dégradation des conditions économiques de la classe ouvrière dans les prairies, l’augmentation du chômage, l’intensité des contradictions du colonialisme dans cette partie du pays en raison de la forte population autochtone confrontée à une économie d’extraction de ressources et l’intensité des attaques sur l’éducation au Canada anglais, il n’y a pas de meilleur moment pour que l’étincelle du MER-RSM mette le feu à toute la plaine. 

  • Une déclaration du Comité de Coordination Pan-Canadien du MER-RSM
Après la Journée D’action: Que Faire?

Après la Journée D’action: Que Faire?

Le Mouvement Étudiant Révolutionnaire (MER-RSM) est enthousiaste qu’autant d’étudiantEs à travers le pays ont participé à la journée d’action du 2 Novembre, demandant la fin d’un système d’éducation inabordable et inaccessible à la majorité des gens de la classe ouvrière et des communautées marginalisées. Cette mobilisation était réellement inspirante, en particulier parce que la majorité des étudiantEs qui ont participé n’étaient pas en grèves et ont du manquer de cours pour démontrer qu’ils et elles voulaient que ces changements soient faits maintenant. Les membres du MER à travers le pays se sont jointEs aux actions dans leurs villes et ont été impliquant dans l’organisation et le support de ses initiatives – nous avons pris part à de manifestations, passéEs des pamphlets expliquant nos positions ou appellant à participer aux actions et organiser des sorties de cours.

Toutefois, malgré le succès de la journée d’action et la mobilisation d’un grand nombre d’étudiantEs à travers le pays, nous maintenons nos critiques de la Fédération Canadienne des Étudiants et ÉtudiantEs (FCEE). Nous maintenons qu’il s’agit d’une organisation sclérosée, bureaucratique, anti-démocratique et réformiste servant de barrière à la creation d’un mouvement étudiant combatif au Canada anglais. La FCÉÉ n’a pas appelé par réel désir de lancer une vrai campagne de masse anti-frais ou afin de faire monter le niveau de militantisme contre la montée des frais de scolarité. Elle va plutôt encore utiliser la journée d’action dans le cadre de ses efforts de lobbying, utilisant cyniquement la mobilisation étudiante pour ce donner plus de poids dans les rencontres annuelles des bureaucrates de la FCÉÉ avec des politiciens.

Les actions des bureaucrates de la FCÉÉ aujourd’hui ont donné raison à nos critiques Lors de nombreux rassemblements, des organisateurs-trices ont appelé à voter pour des politicien-nes qui nous donnerait supposément l’éducation gratuite et à voter contre ceux et celles qui ne supporteraient pas cette revendication. Les organisatrices-teurs qui mettaient de l’avant la nécessité d’une grève se sont fait interdire de parler à certains endroits.  La FCÉÉ à utiliser des mobilisations comme aujourd’hui dans le cadre de leurs efforts de lobbying pour plus d’une décennie, alors que les frais de scolarité ont constamment augmenté à travers le pays dans la même période.

De plus, les demandes de la FCÉÉ ne vont pas assez loin. La campagne et la journée d’action actuelle visent seulement la montée des frais. Le MER est pour l’abolition complètes des frais de scolarité et frais auxiliaires, l’annulation de toutes dettes étudiantes et pour un accès complètement ouvert à toutes les institutions post-secondaires du Canada. C’est seulement en éliminant les frais et les critères d’admissions que nous pouvons rendre l’éducation réellement accessible à la classe ouvrière au Canada. Le MER est pour l’accès à l’éducation post-secondaire pour tous les peuples autochtones et un aspect anti-colonial à tous les programmes. Non pas seulement l’indigénisation de programmes et d’institutions visant à continuer à priver les autochtones de leurs terres, mais l’indépendance de tous les départements et étudiantEs autochtones des modèles d’organisations coloniaux.Le MER veut que l’éducation soit au service du people et non du profit; que la recherché soit pour le benefice de TouTEs et non des corporations et que l’éducation serve les luttes pour la justice et la liberation.

14971319_1362388583771258_1682983034_n

Mais maintenant que la journée d’action est passé, que devons nous faire? Le MER propose les étapes concrètes suivantes pour bâtir un mouvement étudiant combatif à travers le Canada:

  1. Les étudiantEs devraient se battre pour que les Assemblés Générales soient la plus haute instance de decision de leurs associations étudiantes. Là où c’est déjà le cas, les étudiantEs devraient se battre pour des AG aux niveaux du campus et de la faculté.
  2. Les étudiantEs révolutionnaires devraient faire campagne pour et promouvoir l’idée d’une journée de grève d’une journée contre les frais de scolarité.
  3. Des votes pour une journée de grève contre les frais de scolarité devraient être tenue dans les AG existantes afin de développer une culture de grève.
  1. Ce genre d’activités devraient être continuer et escalader jusqu’à ce qu’il soit possible de coordonner des grèves entre les campus.
  2. La grève devrait servir à créer des crises sociales quand c’est possible: nous forcerons l’état et la classe dirigeante à agir plutôt que de demander poliment des restes de tables.

La fin des frais, des dettes,  du système d’éducation bourgeois et du capitalisme sont toutes des choses possibles. Mais pour gagner, nous avons besoin d’être organiséEs et nous avons besoins d’une révolution.

Dans  quelques semaines le MER tiendra sont sixîème Congrès Pan-Canadien à Montréal. Nous invitons touTEs les jeunes et étudiantEs révolutionnaires en accord avec nos perpestives politiques et notre pratiques  à y assister, soient comme membres du MER ou comme observateurs-trices.

Pour un mouvement étudiant réellement démocratique au Canada Anglais!

Vers une grève étudiante pour l’élimination des frais de scolarité!

 

Sixième Congrès Pancanadien!

Sixième Congrès Pancanadien!

Le Mouvement Étudiant Révolutionnaire est fier d’annoncThumbnailer la tenue à Montréal de son  6ème Congrès Pancanadien les 19 et 20 novembre 2016!

Nous invitons toutes personnes et organisations intéressées à  y participer, pour aider à bâtir le movement révolutionnaire parmi les étudiant-es!

Depuis notre dernier Congrès à Ottawa en automne 2015, le Mouvement Étudiant Révolutionnaire (MER) a continué de grandir.  Plusieurs nouveaux chapitres sont apparus à travers le Canada: notre expansion à été particulièrement notable dans l’Ouest Canadien et les Maritimes. Notre pratique s’es également développée:  suite à l’attention porter par notre dernier Congrès sur la consolidation et l’enracinement, presque tous les chapitres du MER ont fait un travail de masse significatif. Incluant: la bataille contre les fermetures d’écoles à Vancouver, du travail de solidarité avec des activistes autochtones partout au Canada, des programmes de servir le peuple comme les «bouffes populaires» à Montréal, de l’éducation sexuelle radicale à Peterborough, le combat victorieux pour l’accès à l’avortement à l’Île-du-Prince-Édouard, la solidarité avec les travailleur-ses d’un journal en grève à Halifax, la campagne pour sortir un ancien chef de police raciste du campus McMaster à Hamilton et le combat toujours en cours  (particulièrement à Ottawa)contre les masculinistes fascistes. Ce ne sont que quelques unes de nos activités;la totalité serait trop long à écrire.

Toutefois, bien que le MER à grandi et que notre travail s’est amélioré, nous avons aussi fait des erreurs. L’erreur l’a plus importante à été de ne pas spécifier ce que nous voulions dire par «consolidation». Pour cette raison, à certains endroits des chapitres du MER se sont retranchés sur eux-mêmes, plutôt que de s’orienter vers la masse des étudiantEs prolétaires.Aussi, en raison de la vitesse de croissance du MER, nous avons souvent eu de la difficulté à diriger une organisation de notre taille: le développement du leadership n’a pas toujours suivi la croissance du MER.  Au niveau politique, malgré l’adoption par le dernier Congrès d’un rapport politique compréhensif, cette ligne n’a pas toujours éclairé le travail des chapitres locaux. De plus, le MER n’a pas avancé dans son plan de développer un programme compréhensif pour les étudiantEs prolétaires à travers le Canada.  Bien que la période entre notre 5ème et 6ème Congrès aura été généralement positive, il y avait certainement place à l’amélioration.

Avec ceci en tête, le Comité de Coordination a identifié les centres d’attention suivant pour le Sixième Congrès Pan-Canadien du MER:

  • Développement du leadership: Le MER a besoin de davantage développer son leadership intermédiaire. Étant donné la taille du MER, il doit y avoir une attention particulière dévouée à la construction d’une structure et d’un genre de «staff interne» chargé d’aidé le travail de l’organisation dans son ensemble.
  • Aller plus loin dans la Consolidation: Nous devons déterminer ce qui veut dire pour les chapitres du MER de se consolider et de réellement s’enraciner dans leurs régions respectives
  • Renforcer l’Organisation: Nous devons payer davantage d’attention à répandre les meilleurs pratiques à travers les différents chapitres du MER. Dans ce but, nous allons créer une série de «documents organisationnels»– un guide au travail révolutionnaire– afin d’aider les chapitres actuels et en bâtir de nouveaux.
  • Approfondir nos Perspectives: Nous invitons des mises à jour au rapport politique sur lequel nous nous sommes entendus au dernier Congrès.
  • Contre la Montée des Frais de Scolarité en Ontario: Il y a une forte possibilité que l’Ontario dérèglemente les frais de scolarité en 2017. Le MER devrait initier une lutte de masse contre cette dérèglementation, bâtissant une campagne large à travers toutes les tendances politiques.

Das ce but, le Comité de Coordination invite toutes les sections du MER à préparer des résolutions traitant de ces enjeux ou de d’autres et de les soumettre pour discussion au Congrès.

Le Comité de Coordination invite toutes les sections du MER à envoyer des délégué.es au Congrès. Des details suivront concernant les procédures de sélection de délégué.es.

Le Comité de Coordination invitent touTEs les supporteurs-trices du MER à former de nouveaux chapitre du MER avant le prochain Congrès et d’appliquer pour envoyer des délégué.es.

Le Comité de Coordination invite les groupes existants à voter pour ce joindre au MER afin de participer au prochain Congrès et renforcir le Mouvment des étudiantEs révolutionnaires.

Enfin, le Comité de Coordination invite touTEs ceux et celles intéresséEs par notre pratique et notre ligne politque à envoyer des observatrices-eurs au 6èeme Congrès pour mieux comprendre ce que nous représentons.

Le développement d’un movement révolutionnaire au Canada- à la fois chez les étudiantEs et les Travailleurs-ses- avancent rapidement. Nous vous invitons à faire partie de cette lutte.

Si vous ou votre organisation êtes intéressé.e à participer, contactez nous par couriel: info@mer-rsm.ca .

On se voit à Montréal!

 

———————

Le MER est une organisation pancanadienne de jeunes et étudiantEs révolutionnaires et anti-capitalistes. Nous nous sommes rassemblé-es pour la première fois comme une collection de petits groupes au Québec et en Ontario en Décembre 2012. Nous sommes maintenant dans toutes les régions du pays avec plus de 15 chapitres différens. Nous organisons dans les CÉGEPS, les collèges, les écoles secondaires et les universitées. Nous sommes contre l’exploitation, l’aliénation et l’oppression sous toutes ces formes; bref, notre but est de contribuer à la lutte contre le capitalisme en organisant les étudiant-es prolétaires vers la revolution

Dans la rue le 2 Novembre – Vers une grève étudiante au Canada Anglais!

Dans la rue le 2 Novembre – Vers une grève étudiante au Canada Anglais!

Le 2 novembre 2016, La Fédération Étudiante Canadienne (FEC) appelle à une journée d’action pan-canadienne contre la montée des frais de scolarité. Le Mouvement Étudiant Révolutionnaire (MER) supporte sans equivoque l’appel à une journée d’action. Bien que nous ayons des differences tactiques et politiques avec la FEC, le MER supportera toujours des actions contre les frais de scolarité et nous  félicitons la FEC pour cette initiative. Nous appellons touTEs nos membres et sympathisantEs à aider à l’organisation dans leurs régions pour faire du 2 Novembre un énorme succès.

Bien que nous supportions la journée d’action, nous sentons le besoin de nuancer notre support. Notre position sur la FEC – que c’est une organisation calcifiée, anti-démocratique, bureaucratique et réformiste qui sert de barrière à la creation d’un mouvement étudiant combatif au Canada anglais- reste inchangée. La FEC n’a pas appelé à une journée d’action par réel désir de lancer une vrai campagne de masse anti-frais ou afin de faire monter le niveau de militantisme de cette présente activité contre la montée des frais de scolarité. Elle va plutôt encore utiliser la journée d’action dans le cadre de ses efforts de lobbying, utilisant cyniquement la mobilisation étudiante pour ce donner plus de poids dans les rencontres annuelles des bureaucrates de la FEC avec des politiciens. La FEC est ouvert là-dessus (bien qu’elle ne le sera probablement pas lors des mobilisations de l’automne!): la FEC-Ontario écrit que ça campagne combattons les frais à été lancée en prévision des élection Ontariennes de 2018.

Il vaut la peine de souligner que cette stratégie – mobilisations pour appuyer le lobbying- est la stratégie de base de la FEC depuis sa fondation. Cette stratégie à été inefficace (à l’exception d’une ou deux victoires mineures): même les demandes bénignes que la FEC fait aux gouvernements federal et provinciaux sont ignorées. En contexte de dérèglementation prochaine des frais de scolarité en Ontario en 2017 – qui servira de plan à suivre pour les autres gouvernements provinciaux- de dettes étudiantes à la hausse, de frais de scolarité à la hausse et d’un manqué d’emplois pour les jeunes et les étudiantEs, l’incapacité de la FEC à faire des gains pour ces membres montre la nécessité pour les étudiantEs révolutionnaires de sortir de la FEC.

De plus, les demandes de la FEC ne vont pas assez loin. La campagne et la journée d’action actuelle visent seulement la montée des frais. Le MER est pour l’abolition complètes des frais de scolarité et auxiliaires, l’annulation de toutes dettes étudiantes et pour un accès complètement ouvert à toutes les institutions post-secondaires du Canada. C’est seulement en éliminant les frais et les critères d’admissions que nous pouvons rendre l’éducation réellement accessible à la classe ouvrière au Canada. Le MER est pour l’accès à l’éducation post-secondaire pour tous les peuples autochtones et un aspect anti-colonial à tous les programmes. Le MER veut que l’éducation soit au service du people et non du profit; que la recherché soit pour le benefice de TouTEs et non des corporations et que l’éducation serve les luttes pour la justice et la liberation. Enfin, le MER est pour le contrôle démocratique des institutions post-secondaires par les étudiantEs, les employéEs de soutien, la communauté et les enseignantEs. Et ce n’est que le début. Sur toutes ces questions – que nous croyons être au coeur du combat pour l’accès à l’éducation- la FEC n’a pas grand chose à dire.

En 2012, les étudiantEs du Québec ont lancé une grève qui à mise le gouvernement à genoux. Le MER continue de dire qu’il s’agit d’un exemple à émuler dans le reste du Canada. Depuis, la FEC n’a fait absolument rien pour apprendre du Printemps Érable et implanter ces leçons dans le reste du Canada. Les efforts de lobbying de la FEC sont un cul-de-sac; la seule façon de forcer la main du gouvernement sur les frais de scolarité est par la grève. Le MER soutient que la creation d’un mouvement étudiant réellement démocratique est une precondition à des grèves étudiantes dans le reste du Canada. Au lieu du style de syndicalisme étudiant bureaucratique et corporatiste de la FEC, où seul une poignée d’éluEs sont consultéEs sur les affaires de l’association étudiante, le MER va continuer de militer pour que des assemblées générales de touTEs les membres soient la plus haute instance décisionnelle de l’association étudiante. Afin de gagner nous devons aller en grève et afin d’aller en grève nous avons besoin d’un contrôle démocratique sur nos associations étudiantes

À cette fin, le MER encourage touTEs ces membres et supporters à utiliser la journée d’action du 2 novembre pour briser advantage avec les politiques et les tactiques vouées à l’échec de la FEC. Bien que nous nous jetterons dans la mobilisation pour cette journée d’action, nous continuerons aussi de lutter contre les bureaucrates de la FEC qui cherchent à utiliser la journée d’action pour garder le contrôle del leurs associations étudiantes respectives. Nous invitons touTEs les étudiantEs à ce joindre aux contingents révolutionnaires qui sont en train de se preparer à travers le Canada pour les manifestations du 2 novembre.

Pour un mouvement étudiant réellement démocratique au Canada Anglais!

Vers une grève étudiante pour la gratuité scolaire!

Dans la rue le 2 Novembre!

 

Le Mouvement Étudiant Révolutionnaire célèbre la Journée Internationale des Travailleuses et des Travailleurs!

1er Mai 2016! Le Mouvement Étudiant Révolutionnaire participera pour l’occasion à diverses actions à travers le Canada pour céléber la lutte incessante de la classe ouvrière contre le capitalisme et pour faire le deuil des nombreuses personnes qui ont perdu la vie en raison des conditions atroces de ce système oppressif. Aujourd’hui nous  envoyons nos salutations révolutionnaires et voeux de solidarité à tous les peuples qui se battent contre le capitalisme, l’impérialisme et le colonialisme. Nous sommes solidaires avec les Guerres Populaires et les Révolutions menées partout dans le monde par des révolutionnaires en Inde, aux Phillipines, au Népal en Turquie, au Kurdistan, en Afghanistan, au Pérou et ailleurs.

Aujourd’hui, nous souhaitons souligner  ces luttes dans lesquelles les étudiantEs et jeunes révolutionnaires de partout au Canada sont engagéEs:

  1. Démocratisation des Associations Étudiantes et Assemblées Générales! Au Collège Algonquin, où nos camarades organisent autour du droit pour les étudiantEs de faire tenir des référendums à l’association étudiante, et à l’Université York, où nos camarades se battent pour une veritable assemblée générale.
  2. Féminisme Prolétarien! Nos camarades à Peterborough ont initiéEs le Programme d’Éducation Révolutionnaire sur le Genre et la Sexualité. Soulignons aussi la contre-manifestation co-organisée par les sections du MER dans la région d’Ottawa contre la «Marche pour la Vie» des anti-choix.
  3. Contre la militarisation et la Police! À Toronto, les sections du MER travaillent sur la campagne 15 Ans de Guerre Impérialiste pour souligner l’occupation de l’Afghanistan toujours en cours. À Hamilton, le MER à initié la Campagne De Caire Hors du Campus! contre l’embauche comme chef de la sécurité de l’ancien chef de police pro-profilage Glen De Caire.
  4. Anti-Fascisme et Anti-Racisme! Nos camarades à Montréal et Toronto ont pris l’initiative dans la mobilisation contre les organisations d’extrème-droite comme PEGIDA ainsi que d’autres groupes réactionnaires comme la Ligue de Défense Juive et les groupes masculinistes comme l’Association Canadienne pour l’Égalité (CAFE). Nous sommes maintenant une des principales organisations anti-fascistes de Montréal et restons un des seuls groupe étudiant affrontant ouvertement les masculinistes.
  5. Solidarité Immigrante! Nos camarades de Montréal sont en train de forger des liens avec la communauté Kurde et font du travail de solidarité avec la résistance du peuple kurde contre le régime Erdogan (supporté par le Canada) et l’État Islamique.
  6. Contre les fermetures d’écoles! Le MER Sudbury se bat pour les droits des étudiantEs affectéEs par la décision de l’Université Laurentienne de fermer son campus de Barrie. À Vancouver, le MER travaille contre les plans de la commission scolaire de Vancouver de fermer des écoles dans des quartiers prolétariens et racisés.
  7. Solidarité Ouvrière! À Halifax, le MER a travaillé a organiser les étudiantEs en journalisme pour les empêcher de briser la grève des journalistes à l’Halifax Chronicle Herald.
  8. Contre les frais de scolarité! En 2017 les frais de scolarité seront dérégularisés en Ontario. En anticipation de ce qui sera surement une augmentation massive des frais, nous appellons toutes et tous les étudiantEs progressifVEs, démocratiques et révolutionnaires à se joindre et à lutter. Plus de plans seront disponibles dans les prochains mois.

 

Avec cette déclaration nous affirmons notre dévouement à la lutte pour les intérêts des étudiantEs prolétaires et de la classe ouvrière en générale dans la prochaine année. Nous continuerons le combat contre le capitalisme, le colonialisme, l’impérialisme  et l’État capitaliste! Si vous voulez nous aider à détruire le capitalisme et bâtir un monde meilleur, joignez-vous au Mouvement Étudiant Révolutionnaire!

 

Pour plus d’information sur les évènements du 1er Mai dans votre région, consulter cette liste d’évènements fournise par le PCR-RCP: http://www.pcr-rcp.ca/fr/4297

 

 

Joignez le combat contre les masculinistes réactionnaires! CAFE n’a pas de place dans nos communautés!

Joignez le combat contre les masculinistes réactionnaires! CAFE n’a pas de place dans nos communautés!

12688275_1093082380753904_610284315526877141_n1

Lors de la première semaine de février 2016, les rencontres de Pick-up artists organisées à travers le monde par le ‘néo-masculiniste’ notoire Roosh V  furent écrasées par le pouvoir et la colère des masses. À travers le Canada, les gens se mobilisèrent avec des manifestations et des réponses militantes contre ce qui était correctement identifé comme un discours haineux de Roosh V et ses supporters misogynes. Le combat contre les idées arriérées des réactionnaires cherchant à détruire les gains des luttes féministes des dernières décennies ne doit cependant pas s’arrêter là. Roosh V et ses semblables ne sont qu’une section particulièrement dégoutante du réseau de sites internet, d’organisations et de communautés composant la ‘mascusphère’, un réseau trouvant son expression politique à travers le fameux mouvement masculiniste. Nous ne devons pas hésiter à exposer ce mouvement tout entier, de ses franges militantes à ses façades ‘respectables’ pour ce qu’il est: un mouvement réactionnaire de suprémacistes mâles cherchant à préserver un status quo hiérarchique, oppressif et inégalitaire. Les groupes arriérés ouvertement misogynes de la ‘mascusphère’ comme le fameux réseau américain A Voice for Men (AVfM) ont des vues d’extrême-droites, incluant: que le pouvoir masculin et l’inégalité structurelle sous le patriarcat sont un mythe, comme le prétend Warren Farrell dans un livre des années 90 souvent décrit comme la Bible ou la ‘pilule rouge’ (en référence au film la Matrice) du mouvement masculiniste; que l’existence de la culture du viol est un mensonge perpétué par les féministes pour opprimer les hommes(les accusations de viol ne seraient donc rien qu’un outil pour maintenir les femmes dans une position socialement dominante); et que la société actuel serait structurée de façon à désavantager et victimiser les hommes en tant que classe. Toutes ces idées sont explicitement affirmées dans de nombreux articles du site internet  de  A Voice for Men.

 

Au Canada, le Mouvement Étudiant Révolutionnaire à pris un rôle de tête dans la mobilisation contre l’organisation masculiniste respectabilisée qu’est l’Association Canadienne pour l’Égalité (CAFE en anglais). Sachant que les gens rejèteront les idées arriérées et ouvertement misogynes de groupes comme Roosh V et co. et A Voice for Men, CAFE utilisent une stratégie marketing élaborée et déshonnête pour dissimuler son agenda politique. Un regard attentif révèle toutefois que bien que CAFE fasse attention de maintenir son autonomie organisationnelle, ils sont politiquement affiliés avec ces groupes extrémistes et existent afin de donner une légitimité organisationnelle aux causes et idées masculinistes. Par moment ces connections deviennent explicites, comme quand CAFE à promu une conférence de Voice for Men sur son site internet en disant qu’elle était  «mportante pour les Canadiens[1]», ou quand le fondateur d’AVfM Paul Elam et le membre du conseil d’administration de CAFE Adam McPhee ont tenu un dialogue sur AVfM qui a fini avec Paul Elam concluant qu’il voyait «un futur radieux où nos deux organisations pourront avancer dans leur missions en bénéficiant d’un support moral mutuel[2]

 

De plus, tous les évènements de CAFEF– incluant un discours de Warren Farrell, qui est aussi un des conseillers de CAFE– ont reçu une couverture enthousiaste de la part d’A Voice for Men et de réseau étendu de misogynes toxiques[3]; La pratique de CAFE de filmer les manifestant.e.s  à leurs évènements  fait en sorte que plusieurs manifestantes ont été identifiées, localisées, harcelées et menacées, une pratique connue sous le nom de «doxing». Dans aux moins un cas, A Voice for Men a publié un article complet parlant en detail d’une manifestante à un évènement de CAFÉ, écrit par un mascu anonyme disant faire partie d’une «armée clandestine en expansion» et se comparant au chasseur de Nazi Simon Wiesenthal[4]. L’affiliation politique entre CAFE, AVfM et d’autres parties de la ‘mascusphère’ font de cela bien plus que des menaces en l’air; en Mars 2014, une étudiante de l’Université Queen’s impliquée dans l’organisation d’une action contre un évènement de CAFE (un discours par la professeure à l’Université d’Ottawa Janice Fiamengo) fut attaquée et battue par des assaillants non-identifiés la nuit avant l’évènement[5]. Bien sur, CAFE en tant qu’organisation dénonce ces actes de violence individuelle. Ces tactiques sont cependant entièrement caractéristiques du mouvement masculiniste dont elle fait partie, un mouvement affirmant que les femmes et les féministes en particulières sont des oppresseures contre qui les hommes sont en guerre. Cette logique inversée, pour qui les opprimées sont le groupe oppresseur que le groupe dominant doit combattre pour préserver sont statut et sont identité, est presque identique à la logique du fascisme. De cette façon,CAFE crée un climat de peur sur et en-dehors des campus universitaires canadiens pour écraser et éliminer la lutte féministe pour l’égalité véritable et la justice. C’est pourquoi nous disons que même et spécialement quand ils tentent de ce présenter comme respectables,les masculinistes doivent être confrontés, exposés et écrasés partout où ils se trouvent!

 

Nous voulons dire quelques mots sur les personnes impliqué.e.s dans CAFE. Illes ne sont pas tou.te.s ouvertement misogynes et CAFE a tendance à mettre ses membres plus libéra.ux.les en avant comme preuve qu’ils ne sont pas comme les autres organisations masculinistes. Certains des personnes que l’organisation a attiré sont réellement préoccupé.e.s par des enjeux véritables qui affectent les hommes: le suicide et la santé mentale, les conditions de travail non-sécuritaires, l’itinérance, l’éducation. Un coup d’oeil rapide sur ses évènements montre cependant que CAFÉ, comme d’autres sections du mouvement masculiniste, ne font qu’exploiter ces enjeux, disant que sont tous des signes d’une conspiration sociale contre les hommes que les féministes cachent en parlant de l’oppression des femmes. De cette façon, les mascus prennent avantage de l’exploitation et de l’impuissance politique des masses pour faire avancer son agenda réactionnaire et misogyne. Nous rejetons totalement les réponses incorrectes, incohérentes et dangereuses qu’ils donnent à l’exploitation et l’oppression réelles de la société capitaliste.

Le Mouvement Étudiant Révolutionnaire est une organisation combative pancanadienne organisant les étudiant.e.s prolétaires pour faire avancer la lutte de classe sur les campus et batir un mouvement pour mettre fin à l’exploitation, l’oppression et l’aliénation sur la base de classe, de race, de la sexualité, de l’identité de genre ou de l’handicap. Nous voyons cette fin comme étant uniquement possible par le renversement révolutionnaire du capitalisme, un mode de production basé sur l’exploitation des masses laborieuses qui à causé une misère sans fin dans toutes les sociétés sous son emprise- qui a causé dans ces sociétés le suicide et les problèmes de santé mentale, les conditions de travail dangereuses, le sous-financement de l’éducation, l’itinérance et bien d’autres problèmes sociaux dont CAFE prétend ce soucier. Le capitalisme fonctionne aussi en tournant les sections dominantes des masse contre d’autres groupes, sur la base de la race, du genre, de la sexualité, de la langue et de n’importe quoi qu’il arrive à exploiter pour empêcher les masses de s’unir pour écraser leur ennemi commun. Ainsi, les idées misogynes, comme les autres idées arriérées et réactionnaires, font reculer la lutte populaire pour l’élimination de l’exploitation et de l’oppression. Le MER est fier de son historique de confronter les masculinistes réactionnaires quand ils ont tentés de s’organiser sur des campus à travers le Canada. En Avril 2014, les camarades à l’Université d’Ottawa ont empêché la tenue d’une conférence de Janice Fiamengo sur la non-existence de la culture du viol; en Août de la même année, la section Torontoise de MER a réussi à contrer une autre conférence d’une des organisations satellites de  CAFÉ à  l’Université de Toronto. Ces actions ont vu une montée de la réponse de CAFÉ aux manifestant.e.s étudiant.e.s; la sécurité et la police sont maintenant couramment vu aux évènements, anticipant à l’avance des perturbations.

 

Plus récemment, une action du MER à l’Université d’Ottawa le 10 février à mener à une réponse directe de la conseillère de CAFE et vice-présidente de la branche ottavienne Janice Fiamengo. Fiamengo est une célébrité dans la  « mascusphère » pour sa série de vidéos, les «Fiamengo Files», qui sont publiés sur YouTube via un compte nommé  «StudioBrulé»,  le même compte publiant les vidéos d’évènements de CAFE. Les vidéos de Fiamengo affirment explicitement que le féminisme est un sistème totalitaire opprimant les hommes. Dans une vidéo[6], elle affirme que Roosh V, qui excuse ouvertement le viol, est une victime de l’establisment féministe, citant de façon approbatoire son article «Comment arrêter le viol» dans lequel il décrit les accusations de viol comme des mensonges utilisés par les femmes pour persécuter «l’amoureux le la veille » et argumente pour la légalisation du viol. Dans une autre video de février 2016, elle exhorte les hommes à «reprendre leur pouvoir et leur fierté» et décrit comment le féminisme est en train de la transformer en «misogyne enragée[7]». Vue sa ligne politique d’extrème-droite, qui lui fait dire dans une autre video que l’équité est anti-méritocratique et discriminatoire pour les hommes[8], que l’harcèlement sexuel est un mythe dangereux[9] et que le féminisme veut littéralement dégrader l’âme des hommes et leur enlever leurs vertues spécifiques d’indépendance, d’objectivité et de force[10],  ce n’est pas surprenant qu’elle ait aussi écrit des éditoriaux racistes et xénophobes[11]. Dans un d’entre eux, co-écrit avec son mari, l’idéologue d’extrême-droite David Solway, elle dit que l’Islam doit être rejeté par l’Occident et que la soi-disant «vague musulmane» amènera de plus en plus d’attaques terroristes contre les valeurs et les peuples Judéo-Chrétiens[12]. Il devrait être innaceptable pour toute personne opposée à l’islamophobie, au racisme, à la misogynie et au fascisme que cette personne, qui défend des apologistes du viol reconnus, qui organise un groupe haineux sur le campus et qui ne montre que du mépris pour les étudiant.e.s[13], soit une professeure à l’Université d’Ottawa! Elle est l’organisatrice principale de CAFE à uOttawa, au coté de David Shackleton, un professuer retraité de biologie qui a affirmé que le féminisme aujourd’hui se comporte comme le nazisme avant la seconde guerre mondiale, que «la guerre à venir est inévitable» et que «nous devons faire descendre les femmes du piédestral, et nous ne ferons pas ça comme culture tant que nous ne verront pas le mal qu’elles font[14]».Il a aussi dit que le massacre de femmes accusées d’être féministes par Marc Lépine à Polytechnique en 1989 était le résultat inevitable de la persécution féministe des hommes[15].

 

En lumière de tout cela, le MER est content d’être attaqué par Janice Fiamengo pour constamment confronter son organisation, l’Association canadienne pour l’égalité. Nous ne sommes pas intéressé.e.s à dialoguer avec elle ou son organisation. Nous entendons confirmer ce qu’illes suspectes:que les masses racisées, opprimées sur la base du genre, exploitées et et marginalisées, reconnaissent le mouvement masculiniste pour ce qu’il est, et vont le rejeter, sous toutes ces formes,  pa l’occupation et l’action directe si nécessaire, peu importe où il se trouve. Le MER est une organisation combative; cela signifie que nous acceptons que des tactiques perturbatrices peuvent être nécessaires au dela des limites  de la bureaucratie et de la négociation et que nous sommes prêt.e.s à prendre une position militante contre les idées dangereuses, incorrectes et toxiques sur les campus universitaires et dans la communauté, partout à travers le pays.

 

Nous invitons tou.te.s ceux et celles qui partagent ces valeurs et qui trouve inacceptable que des gens comme  David Shackleton, Janice Fiamengo et Warren Farrell tente de propager leur influence sur les campus canadiens à nous rejoindre pour empêcher la tenue des futures évènements de CAFE et écraser les mensonges, distortions et tromperies masculinistes! Si vous vous inquiétez de la présence de CAFE ou de toute autre présence du mouvement masculiniste sur votre campus, contactez la branche locale du Mouvement Étudiant Révolutionnaire. Ensemble nous pouvons écraser les idées masculinistes et se batter pour les droits, la sécurité et l’égalité des femmes personnes opprimées  sur la base du genre dans nos campus et nos communautés, ainsi que le droit pour tous de vivre libéré.e de l’oppression et de l’exploitation de ce système capitaliste pourri!

 

À bas les masculinistes, longue vie à la lutte populaire!

[1] http://equalitycanada.com/a-voice-for-mens-international-conference-on-mens-issues-why-it-should-be-important-to-canadians/

[2] http://www.avoiceformen.com/mens-rights/adam-mcphee-responds-to-paul-elam/

[3] http://www.vice.com/en_ca/read/we-went-to-a-mens-rights-lecture-in-toronto

[4] http://www.avoiceformen.com/feminism/who-is-emma-claire-and-why-is-she-so-hateful/

[5] http://www.cbc.ca/news/canada/ottawa/queen-s-student-attacked-after-threats-over-feminist-activities-1.2589321

[6] https://www.youtube.com/watch?v=ZZaJ_cpK87M

[7] https://www.youtube.com/watch?v=2kXq8Yb083I

[8] https://www.youtube.com/watch?v=6Js6T45S-Dc

[9] https://www.youtube.com/watch?v=7ba-pdQ8eT8

[10] https://www.youtube.com/watch?v=1umxQInyjmQ

[11] http://www.frontpagemag.com/fpm/179974/supreme-foolishness-janice-fiamengo

http://www.ruthfullyyours.com/2014/07/01/why-do-we-tolerate-the-intolerable-d-by-janice-fiamengo/

[12] http://www.artsandopinion.com/2015_v14_n6/solway-58hx.htm

[13] https://pjmedia.com/blog/the-unteachables-a-generation-that-cannot-learn/?singlepage=true

https://www.youtube.com/watch?v=2RTavcTTons

[14] http://www.menweb.org/femexpos.htm

[15] http://no-maam.blogspot.ca/2005/01/eotm-war-against-men-by-david.html

 

Résolutions du Cinquième Congrès du Mouvement Étudiant Révolutionnaire

Résolutions du Cinquième Congrès du Mouvement Étudiant Révolutionnaire

  1.     Orientation générale de notre travail pour la prochaine année                    

    Que nous  ne tenions pas une journée d’action pancanadienne cette année;

    Que nous fassions de la prochaine année une année de consolidation et d’implantation de nos racines;

    Que chaque section fasse du recrutement sa première priorité;

    Que pour un recrutement efficace, chaque section doit se concentrer sur la visibilité et la promotion, incluant de l’affichage fréquent, la distribution de tracts et la tenue de  kisosques et d’évènements, avec le but que  chacunE sur nos campus respectifs sachent que nous existons;

    Que pour favoriser la rétention des nouvelles et nouveaux membres, des rencontres hebdomadaires, au même lieu et à la même heure, soient  tenues par chaque section;

    Que le développement politique des nouvelles et nouveaux membres à travers des groupes d’études devienne une priorité;

    Que chaque section tienne une petite campagne de masse qui soit spécifique à leur contexte, afin de faire du travail, de prouver la pertinence de politiques anticapitalistes, de gagner de petites victoires et de rester connectéE avec les masses.

  2. Comité de Justice Transformatrice                                                    

    Qu’un Comité de Justice Transformatrice ouvert à toutes et tous soit créé;Que le Comité de Coordination organise la première réunion du comité et supervise la réalisation de sa tâche;Que ce comité soit chargé d’enquêter sur l’expérience accumulée du MER et d’autres organisations pour gérer les cas d’agressions sexuelles et toutes autre formes d’oppressions mentionnées dans le préambule de la Constitution. Ce comité créera un guide pratique pour les chapitres locaux du MER ainsi que pour l’organisation pancanadienne;

    Que ce comité travaille avec le Front Féministe Prolétarien  sur le mandat du comité;

    Que ce comité contact tous groupes avec de l’expérience pertinente pour son mandat;

    Que ce comité soumette une proposition d’un guide pratique à tou-te-s les membres aux moins deux semaines avant le prochain Congrès;

    Que ce comité présente un compte-rendu de son travail au prochain Congrès;

    Que le Comité de Justice Transformatrice produise un guide sur la façon appropriée de mener une lutte de ligne qui devra être complété aux moins deux semaines avant le prochain congrès pancanadien du MER-RSM et qui devra être distribué parmi ses membres et être publiquement partagé.

  3. Propagande      

    Que le MER-RSM crée son propre journal/publication, dont la première édition serait prête pour le prochain congrès.

  4. Formation de Cadres                                                              

    Que le Comité de Coordination du MER-RSM pancanadien soit responsible d’organiser une tournée de conférences lors de l’été 2016 pour partager de l’information et une compréhension pratique de notre travail à nos membres et sympathisantEs, pour bâtir nos propres capacités et pour consolider l’unité sociale de l’organisation;

    Que cette tournée voyage à travers les régions concentrées du MER-RSM (l’Ontario et le Québec), mais que des tournées secondaires ou des évènements faits avec l’aide de la technologie devraient être encouragées dans d’autres parties du Canada;

    Que ces évènements soient coorganisés par les membres des chapitres locaux pour aider à développer le futur leadership.

  5. I Am A Student (Je suis unE ÉtudiantE)                                                

    Le MER-RSM supportera le mouvement I Am A Student (Je suis unE ÉtudiantE) en écrivant une lettre de soutien qui sera signé par chacun de ses chapitres locaux.

  6. Perte de membres du comités de coordination                                        

    Que le Comité de Coordination est le droit d’ajouter des membres sur le comité si le besoin se fait sentir. Tout ajout devra être approuver par le prochain congrès.

  7. Levées de fonds                                                                    

    Que le comité de coordination est  la tâche de créer un guide sur les levées de fonds et l’utilisation des fonds amassés. Le guide devrait être produit et envoyé aux sections avant le début de la session d’hiver 2016;

    Que les chapitres qui ont la capacité et/ou ont besoin de fonds devraient visés la tenue d’au moins une levée de fonds par semestre;

    Que les chapitres recevant du financement institutionnel envoient aux moins 10% de ce financement au MER-RSM pancanadien.

Une entrevue avec des camarades chinois-es

Ceci est une traduction de l’allemand d’une entrevue par le groupe Résistance de la Jeunesse Berlin (Jugendwiderstand Berlin), faite par un camarade du Mouvement Étudiant Révolutionnaire – Montréal. L’article original, du 20 avril 2015 : http://jugendwiderstand.blogspot.de/2015/04/interview-mit-chinesischen-genossen.html

 

Il y a quelques jours, nous avons été visité-es à Berlin par des jeunes camarades chinois-es. Lors de cette occasion nous avons réussi à avoir une entrevue avec e-ux-lles. Dans leur patrie, ils sont membres d’un groupe communiste, qui selon e-ux-lles est orienté sur le MLM. Illes essaient depuis plusieurs années de développer de la politique révolutionnaire, et leur point fort est dans une université dans une métropole chinoise.

 

Leurs réponses ne reflètent pas nécessairement ni nos appréciations, ni nos positions. Toutefois, ici nous laisserons les camarades s’exprimer sans commentaire. Les voix de « gauchistes » chinois-es face au libéralisme espéré par d’autres États impérialistes sont, après tout, bien présent-es dans la germanophonie.

 

Qui êtes-vous, et à quoi ressemble votre pratique et votre perspective ?

 

Nous sommes un groupe communiste dans une université de la ville xxx. Nous travaillons depuis quelques années à mobiliser des étudiant-es en leur parlant du vrai marxisme, du vrai léninisme, et de la vraie histoire de la révolution culturelle. Il y a beaucoup de nos positions dont nous n’avons pas le droit de parler publiquement. La répression est très forte. On organise des ateliers d’études en clandestinité. De plus, nous organisons une école de soir pour les travailleu-se-rs et les employé-es de l’université.

 

Nous « servons le peuple », mais très concrètement, dans la mesure que nous aidons les femmes de ménage de l’université à récupérer leurs salaires, alors qu’elles se font sanctionner pour des supposées « erreurs ». Nous faisons aussi une soirée de chanson, une sorte de concert. Nous y invitons des ouvrière-ers de construction et des étudiant-es avancé-es, avec lesquelles on s’entraide afin de s’élever d’une manière marxiste.

 

Sur le plan global, notre travail va bien. Nous devenons plus fort-es et plus nombreu-ses-x.

 

 

Y a-t-il d’autres groupes comme le vôtre ?

 

Il y a des groupes comme le nôtre, ou du moins similaires, dans toutes les métropoles et dans presque toutes les universités.

 

Tou-te-s les révolutionnaires reconnaissent le président Mao comme étant le plus haut niveau du marxisme, toutefois certains groupes adhèrent au marxisme-léninisme-pensée-Mao-Tsé-Toung, et d’autres au marxisme-léninisme-maoïsme. Des cercles différents ont parfois des avis différents, mais les contradictions n’apparaissent le plus souvent dans les auto-identifications politiques, mais plutôt dans la pratique. L’on peut donc distinguer dans le travail les progressistes des droitistes.

 

 

Comment analysez-vous État et société en Chine aujourd’hui ?

 

En Chine, l’exploitation totale et un capitalisme/impérialisme avancé sont dominant-es. Mais grand nombre de Chinois-es ne connaissent pas du tout l’étendue du Capital chinois à l’étranger. Il y a beaucoup de conflits de travail et de grèves. Les masses luttent souvent de façon spontanée et sans direction claire contre les capitalistes. Les communistes y participent. Lors de conflits de travail, beaucoup de capitalistes ne vont pas appeler la police, mais la mafia − simplement car celle-ci est moins chère. Elle s’habille en police et elle attaque la manifestation. L’on ne sait jamais si ceux qui portent l’uniforme devant soi est policier ou mafieux.

 

Il y a beaucoup d’itinérance, beaucoup de gens dorment dans des stations de train ou dans des bâtiments vides. Et il y a aussi un taux de suicide très élevé, par contre nous avons plutôt peu de problèmes de drogue. La drogue, c’est trop cher.

 

 

Quelle sorte de révolution est nécessaire ?

 

Sur la question de la révolution, il y a dans la gauche chinoise deux ou trois lignes :

 

La première dit qu’il doit avoir de nouveau une violente révolution socialiste par le prolétariat. La deuxième dit qu’il faut d’abord avoir une révolution démocratique sous la direction de la classe ouvrière contre le parti « communiste » de Chine. La troisième dit que nous devons protéger le PCC actuel et le reconquérir ; il conviendrait de mentionner que nous jugeons cette ligne comme étant ouvertement réactionnaire.

 

 

De quoi a-t-elle l’air la culture de la jeunesse chinoise ?

 

La culture punk et sa musique viennent des étudiant-es petit-es-bourgeois-es, et non pas du prolétariat. Il n’y a presque aucun graffiti et la jeunesse écoute surtout la musique populaire. Mais en vérité tou-te-s les jeunes de familles ouvrières sont pro-Maos.

 

 

Qu’était-donc ce PCMC (Parti Communiste Maoïste de Chine), qui en 2008 était brièvement dans les médias et qui appellait à la révolution en Chine ?

 

Cela était une expression d’une lutte intra-parti dans le PCC. Un cadre plutôt « de gauche » − plus à gauche que les dirigeants, mais toujours révisionniste − voulait prendre le pouvoir.

 

 

Quelle est la conjoncture des influences internationales sur le mouvement révolutionnaire dans votre pays ?

 

Les médias gouvernementaux ne parlent bien sûr pas de mouvements révolutionnaires sérieux à l’étranger. Aussi, beaucoup de médiums de création d’information comme Facebook, Twitter, ou YouTube, ne sont pas utilisés ici. La conjoncture est donc mauvaise. En effet, nous n’avons entendu parler pour la première fois de la révolution philippine qu’une fois en Europe, de la guerre populaire en Inde grâce au film Chakravyuh. D’autres luttes comme au Kurdistan ou en Irlande étaient inconnues chez nous. Mais maintenant nous allons retourner en Chine avec beaucoup d’impressions fortes et de nouvelles inspirations !

Rassemblement en solidarité avec Baltimore

Le Mouvement Étudiant Révolutionnaire – Montréal vous invite à un rassemblement en appui aux manifestations récentes à Baltimore.

Le rassemblement aura lieu sur le Square Philips le 20 Mai à 6:30PM

 

Un policier blanc tuant un.e noir.e n’est qu’un meurtre raciste parmi d’autres,
jusqu’à ce que les opprimé.e.s s’organisent et se révoltent.

Le meurtre de Freddie Gray catalyse la colère légitime d’un peuple.

Le soulèvement des opprimé.e.s n’est odieux qu’aux yeux des oppresseurs, qui prescrivent la paix pour exiger le silence.
La discussion est donc impossible.
Pavés après pavés, Baltimore abat les ruines de la paix officielle :
celle de l’oppression.

Amnistie complète aux inculpé.e.s et fin de l’état d’urgence !

À bas l’oppression coloniale !
Pas de justice, pas de paix !

« On a raison de se révolter ! »

Contingent MER au rassemblement de la MMFQ

Le MER-Montréal organise un contingent au rassemblement de la MMFQ ce vendredi 24 avril à 12h devant le WalMart à Côte-des-Neiges au « 6700 Chemin de la Côte-des-Neiges », 15 minutes à pied du métro Plamondon. Tou-te-s les camarades et les sympathisant-es sont invité-es à se joindre à nous !

 

———————————————————————————–
NI OUBLI, NI PARDON : RANA PLAZA ÉTAIT UN MEURTRE DE MASSE

Le désastre de Rana Plaza n’était pas un accident mais plutôt un meurtre de masse capitaliste et impérialiste ! L’économie qui dirige notre vie quotidienne, ici au Québec et au Canada, est une économie impérialiste : elle dépend de l’exploitation des périphéries (les pays exploités du « tiers monde ») d’où elle tire une plus-value afin de stabiliser l’économie locale des centres. Le Bangladesh n’est qu’un pays périphérique parmi tant d’autres : il héberge une industrie de vêtements particulièrement importante (4 millions d’ouvrières et d’ouvriers, dont 85% sont des femmes) avec des salaires abominables et dont les profiteurs principaux sont les propriétaires terriens locaux ainsi que les multinationales de vêtements (Walmart, Joe Fresh, H&M, IKEA, C&A, Gap, etc.) avec qui ils font affaires. Toute lutte pour l’émancipation ouvrière est brutalement réprimée par la dictature locale qui elle aussi profite de ladite économie impérialiste.

On nous dit que l’industrie des vêtements serait quelque chose à sauvegarder, qu’elle crée des emplois pour les femmes, etc. Après non seulement l’effondrement de Rana Plaza, mais aussi les nombreux autres « accidents » qui surviennent régulièrement dans les usines de vêtements, dont l’incendie de Tazreen, il devient d’autant plus clair que l’industrie de vêtements ne saurait se réformer. Or, les conditions abominables auxquelles sont assujetties les ouvrières et les ouvriers sont des conditions nécessaires pour assurer les profits des propriétaires et des multinationales. La seule solution c’est la révolution : faire table rase et créer un pouvoir populaire réellement démocratique sans l’ingérence des cliques impérialistes et de la classe capitaliste locale.

IMPÉRIALISTES HORS DU BANGLADESH !!

CIBLONS LES PROFITEURS !!

PAS DE JUSTICE, PAS DE PAIX !!

SOLIDARITÉ OUVRIÈRE INTERNATIONALISTE !!

———————————————————————————
photo : une ouvrière de vêtements à Dacca lance une sandale vers les flics lors d’une manifestation le 30 juillet 2010