Étudiantes du Canada: Mobilisez-vous! Journée d’Action pancanadienne, 24 Mars

Ce printemps, des étudiant.e.s de partout au Québec iront en grève contre l’austérité. Le mouvement du Printemps 2015 rassemble les étudiant.e.s et travailleurs/euses dans la lutte pour une éducation gratuite et accessible en profitant de l’expérience acquise lors du Printemps Érable en 2012. En s’organisant à l’extérieur des syndicats étudiants traditionnels, le comité du Printemps 2015 a déjà organisé plusieurs événements afin de promouvoir la grève qui approche. Par exemple, 80 000 étudiants sont entrés en grève pendant une journée le 31 octobre dernier pour combattre l’austérité. Tout ceci mène au mois de février lorsque les étudiant.e.s du Québec se rassembleront lors d’assemblées générales spéciales pour voter sur un mandat de grève. Avec l’appui de plusieurs syndicats, ce printemps s’annonce très excitant au Québec.

Et dans le reste du Canada? Bien que des mesures d’austérité y aient frappé les étudiant.e.s de façon plus dure qu’au Québec—l’Ontario, par exemple, a les frais de scolarité les plus élevés au pays, et la plus faible subvention par habitant pour l`éducation—rien ne se fait. Les principales associations étudiantes (la Fédération Canadienne des Étudiantes et Étudiants (FCÉÉ) et l`Alliance Canadienne des Associations Étudiantes (ACAE)) sont silencieuses sur le mouvement qui se développe au Québec. Comme en 2012, elles ne se mobilisent pas pour une grève ou pour des actions de solidarité. Au lieu de cela, elles pratiquent le lobbying auprès des gouvernements. Et bien que nous ayons eu trois ans pour apprendre des expériences du Printemps Érable, le FCÉÉ et ACAE se sont contentées de maintenir leurs structures bureaucratiques et anti-démocratiques, qui se sont révélées inefficaces pour protéger les intérêts des étudiant.e.s.

Assez c’est assez.

Le mouvement étudiant révolutionnaire appelle à une journée d`action pancanadienne contre l’austérité et en solidarité avec le mouvement Printemps 2015 le 24 mars 2015. Nous appelons à la création de comités de mobilisation sur les campus à travers le Canada avec l’intention d’organiser des actions—des grèves, des manifs, des arrêts de travails, etc. —le 24 mars. Ces comités de mobilisation seront sûrs et accessibles à toutes les personnes qui souhaitent y participer; en bref, aucun type de comportement oppressif (le racisme, le sexisme, l’homophobie, le capacitisme, le chauvinisme nationale, etc) ne sera toléré dans ces comités. Les comités doivent s’efforcer d’être anticolonial, féministe, et inclusif aux personnes LGBTQ2S, tel qu’exprimé par la direction politique des comités et par leurs actions.

Utilisons cette occasion afin de construire un mouvement étudiant à travers Canada qui n’aura pas peur de combattre et de gagner. Utilisons cette occasion pour construire un mouvement étudiant qui ne se contente pas de mendier des restants au gouvernement. Et utilisons cette occasion pour montrer aux étudiant.e.s du Québec que le reste du Canada est à leurs côtés dans cette lutte.

Nous demandons:

L’abolition des frais de scolarités à tous les niveaux de l’éducation! L’annulation de toutes les dettes étudiantes!

Les étudiant.e.s ne devraient pas avoir à payer pour leur éducation. Les étudiant.e.s qui ne peuvent pas se permettre une éducation postsecondaire ne devraient pas avoir besoin d’être pénalisé par des prêts à intérêt élevé.

 

Libre accès à l’éducation postsecondaire pour tous et toutes!

La gratuité scolaire ne garantit pas l’accès à l’éducation. Nous demandons l’admission aux institutions postsecondaires pour chaque étudiant€. Une éducation de qualité ne devrait pas être réservée seulement à l’élite. Chacun a droit d’accéder au programme et à l’école de son choix.

 

L’éducation au service du peuple, pas du profit!

L’éducation devrait servir les intérêts de la population et non des compagnies privées. La recherche devrait être faite pour le bénéfice de tous et toutes et non pour lees entreprises privées. Nous demandons qu’une éducation scientifique et démocratique remplace le curriculum impérialiste, colonialiste et patriarcal des institutions postsecondaires actuelles. L’éducation devrait nous préparer à lutter pour la justice et la libération et non seulement nous préparer à une vie de travail.

 

Accès à l’éducation postsecondaire pour tous les peuples autochtones, et un volet anticoloniale dans tous les programmes!

Nous reconnaissons que le Canada est un pays colonial bâti sur un territoire volé et fondé sur le génocide des peuples autochtones. Des subventions plus importantes doivent être rendues accessibles aux autochtones pour qu’ils et elles aient accès à une éducation postsecondaire, ainsi que la création de collèges et universités pour les peuples autochtones. Nous demandons que cette éducation s’efforce de préserver les cultures et les langues autochtones et que tous les programmes comportent un volet anticolonial.

 

Contrôle démocratique des institutions postsecondaires!

Les collèges et universités devraient êtres dirigées par les personnes qu’elles servent et non par un conseil d’administration non-élu composé de représentants de banques et des grandes compagnies. Nous demandons l’abolition de ces conseils d’administrations et leur remplacement par un comité représentatif composé de membres de la faculté, des étudiant.e.s, du personnel et de la communauté universitaire, tous pouvant être sujet à un rappel à n’importe quel moment.

En s’unissant partout au Canada et au Québec nous pouvons construire un mouvement qui fera trembler la société sur son socle. Nous pouvons remporter un système d’éducation réellement libérateur et démocratique, au service la société. Qu’attendons-nous?

En espérant vous voir dans la rue le 24 mars!
Pour plus d’informations, envoyez un courriel à: mobilization@mer-rsm.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *