Happy Gender Oppressed Worker’s Day! / Joyeuse Journée des Travailleuses(eurs) de Genres Opprimés!

 

[La version française suivra]

Gender Oppressed Worker’s Day

On March 8th we celebrate a Gender Oppressed Workers Day. We bring attention not only to the struggle of women in modern society, but to the struggle of all those whose who face violence and oppression for their gender. We recognize that the violence of patriarchy, misogyny, binarism, imperialism, and colonialism can’t be separated. Each is a face of the same rotten capitalist system.

It is now more important than ever in the face of reactionaries across Canada, be they men’s rights activists, the alt-right or just plain fascists, to band together and defend our gender oppressed friends, family, community members and comrades. The gender oppressed always suffer when reactionary ideology takes hold but by standing together we can smash reaction and build a better future.

Our use of Gender Oppressed Workers Day was adopted at our 6th Congress to address the historically exclusionary nature of the previous title International Working Women’s Day. Through this change and our practice as a whole we acknowledge that revolutionary struggles have not always been welcoming to trans and non-binary comrades. We also seek to recognize the history of colonialism and the erasure of identities of indigenous peoples, such as two-spirit. Nonetheless, our task has not changed, we uphold the struggles of the past and the many revolutionary victories won through the struggle of not only women but all gender oppressed people.

International Working Women’s Day was first designated March 8th by an international conference of revolutionary women in 1913. The most famous of its celebrations was the Bread and Roses strike of 1917 – a precursor to the February revolution and therein the creation of the Soviet Union. On the 100th anniversary of this event we seek to have continuity with the revolutionary tradition through our upholding of proletarian feminism, while breaking with all reactionary ideas, be they chauvinism or binarism.

Solidarity with all gender oppressed people!
Smash Capitalism, Smash Patriarchy, Smash the State!

~

Journée des travailleuses(eurs) de genres opprimés

Le 8 mars, nous célébrons la Journée des travailleuses(eurs) de genres opprimés. Nous attirons non seulement l’attention sur la lutte des femmes dans la société moderne, mais sur la lutte de toutes ceux/celle qui sont confronté.es à la violence et à l’oppression par le genre. Nous reconnaissons que la violence du patriarcat, de la misogynie, du système binaire, de l’impérialisme et du colonialisme ne peuvent être séparées. Chacune est une face du même système capitaliste véreux.

Il est maintenant plus important que jamais de faire face aux réactionnaires à travers le Canada, que se soit des masculinistes, l’alt-right ou des simples fascistes, de se rassembler et de défendre nos ami.es, les membres de nos familles et de nos communautés et camarades de genres opprimés. Les personnes de  genres opprimés souffrent toujours lorsque les idéologies réactionnaires prennent place et s’étendent, mais en se tenant debout nous pouvons stopper leur croissance et construire un avenir meilleur.

Notre utilisation de la Journée des travailleuses(eurs) de genres opprimés a été adoptée lors de notre 6e Congrès pour adresser le caractère historiquement exclusif du titre antérieur intitulé Journée internationale des femmes travailleuses. Par ce changement et à notre pratique dans son ensemble, nous reconnaissons que les luttes révolutionnaires n’ont pas toujours été accueillantes envers les camarades trans et non binaires. Nous cherchons aussi à reconnaître l’histoire du colonialisme et l’effacement des identités des peuples autochtones, tels que les deux-esprits. Néanmoins, notre tâche n’a pas changé, nous défendons les luttes du passé et les nombreuses victoires révolutionnaires remportées par la lutte non seulement des femmes, mais aussi de toutes les personnes de genres opprimés.

La Journée internationale des femmes travailleuses a d’abord été désignée le 8 mars par une conférence internationale de femmes révolutionnaires en 1913. L’itération la plus célèbre de cette célébrations fut la grève du Pain et des Roses de 1917, précurseur de la révolution de Février et de la création de l’Union soviétique. À l’occasion du centenaire de cet événement, nous cherchons à assurer la continuité de la tradition révolutionnaire en soutenant le féminisme prolétarien, tout en rompant avec toutes les idées réactionnaires,  du chauvinisme au binarisme.

Solidarité avec toutes les personnes de genres opprimés!

Écrasons le Capitalisme, Écrasons le Patriarcat, Écrasons l’État !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *